20 septembre 2018
Santé
Les stomisés visent toujours plus haut
Par: Rémi Léonard
Comme lors des précédentes éditions, l’ambiance promet d’être chaleureuse à la prochaine marche des stomisés. Photothèque | Le Courrier ©

Comme lors des précédentes éditions, l’ambiance promet d’être chaleureuse à la prochaine marche des stomisés. Photothèque | Le Courrier ©

Après une participation record l’an dernier, l’Association des stomisés Richelieu-Yamaska place la barre encore plus haute cet automne pour sa quatrième activité « Je marche pour vaincre les maladies inflammatoires du système digestif ».

Publicité
Activer le son

La traditionnelle marche de cinq kilomètres aura à nouveau lieu sur la piste d’athlétisme du Cégep de Saint-Hyacinthe dès 10 h le dimanche 30 septembre. Le président de l’association, Jacques Beaudreault, espère récolter cette année 15 000 $ pour la cause des maladies inflammatoires. Il invite toutes les personnes touchées de près ou de loin à venir voir la « belle ambiance » qu’on retrouve chaque année à cette activité. Plusieurs témoignages seront partagés au cours de la journée, et même si l’émotion est souvent au rendez-vous, le message se veut toujours « porteur d’espoir », assure cet éternel optimiste.

Présent depuis le tout début, le président d’honneur jeunesse, Gabriel Martel, maintenant âgé de 16 ans, sera de retour à la marche 2018. À ses côtés, Patrick Filion, vice-président au développement des affaires chez Intact Assurance, se joindra à lui comme président d’honneur. M. Beaudreault vise la vente de 1 500 billets de tirage à 10 $ pour cette édition. Les participants pourront courir la chance de gagner plus d’une dizaine de prix variés.

L’activité se veut une fois de plus l’occasion de sensibiliser le grand public à la réalité des personnes qui vivent avec une maladie inflammatoire afin de faire tomber les tabous et les aider à s’adapter à cette situation. C’est aussi ce que fait à l’année l’Association des stomisés Richelieu-Yamaska, une ressource précieuse pour quelqu’un qui reçoit un diagnostic de maladie inflammatoire. « Rien que de pouvoir en parler avec quelqu’un qui a vécu la même chose, ça peut grandement aider », a-t-il expliqué. À travers son engagement, Jacques Beaudreault a toujours cherché à mieux outiller les personnes atteintes, comme lui, d’une maladie inflammatoire, tout en gardant le cap sur l’espoir, « parce qu’il y a aussi de belles histoires de réussite et qu’il faut s’accrocher à ça », a-t-il exprimé.

image