27 juillet 2017
CSSH
Les taxes scolaires en hausse
Par: Rémi Léonard
Les contribuables de la CSSH paieront un peu plus cher en taxes scolaires cette année. Photothèque | Le Courrier ©

Les contribuables de la CSSH paieront un peu plus cher en taxes scolaires cette année. Photothèque | Le Courrier ©

Les propriétaires de la grande région maskoutaine et valoise ont sans doute déjà reçu leur compte de taxes scolaires, qui est encore cette année un peu plus élevé que le précédent.

publicité

Le taux de taxe 2017-2018 de la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe (CSSH) est passé à 0,34161 $ par tranche de 100 $ d’évaluation foncière, une hausse de 1,73 % par rapport à l’an dernier. À titre d’exemple, le propriétaire d’une résidence évaluée à 300 000 $ devra débourser 1 024,83 $ pour s’acquitter des taxes scolaires, soit 17,40 $ de plus que l’an dernier.

Il faut également prendre en compte le rôle d’évaluation foncière de sa propriété, qui peut faire augmenter sa valeur d’année en année, et par ricochet, les taxes foncières et scolaires que vous devez payer.

La CSSH attribue notamment cette hausse à l’augmentation du nombre d’élèves dans ses établissements. Le taux reste légèrement inférieur à la limite maximale permise de 0,35 $ par tranche de 100 $ d’évaluation.

Les revenus générés par les taxes scolaires représentent environ 18 % du budget total de la CSSH et servent à financer plusieurs dépenses comme l’entretien des immeubles, le transport scolaire, les activités de gestion des écoles et l’administration générale.

Comparatif

Lorsqu’on regarde les commissions scolaires limitrophes à celle de Saint-Hyacinthe, la Commission scolaire des Patriotes tranche avec un taux de 0,19377 $ par 100 $ d’évaluation, une taxation 43 % inférieure à celle de la CSSH. Dans la région de Drummondville, les taxes scolaires sont établies à 0,339 $ du 100 $ d’évaluation, alors qu’elles se situent à 0,35 $ pour Sorel et 0,25699 $ à Granby.

Le ministre de l’Éducation Sébastien Proulx a indiqué début juillet qu’il songeait à adopter des dispositions pour uniformiser les taxes scolaires par région. La réforme vise à combler les écarts parfois importants entre les commissions scolaires francophones et anglophones, même si on constate tout de même des différences marquées entre les commissions scolaires voisines.

Cours d’été

Qui dit été dit bien sûr vacances pour les écoliers… mais tous n’ont malheureusement pas cette chance. Les traditionnels cours d’été accueillent toujours plusieurs élèves en rattrapage à la CSSH. L’an dernier, 232 jeunes ont suivi des cours d’été, la majorité en mathématiques, suivis de près par le français et ensuite l’anglais.

Ces cours sont offerts à ceux qui ont obtenu une note finale entre 51 % et 59 % durant l’année. Près de 9 élèves sur 10 réussissent à passer grâce à cette deuxième chance, qui n’est cependant pas gratuite. Il en coûte 300 $ pour un jeune inscrit à la CSSH et 450 $ pour un élève de l’extérieur afin de prendre part à ces cours.

Un autre volet de l’école d’été permet de reprendre des épreuves uniques, ces examens finaux qui doivent être réussis pour pouvoir passer certains cours et obtenir son diplôme. Durant l’été 2016, 179 élèves ont pris part à ces reprises, accompagnées la plupart du temps de conférences optionnelles, mais fortement recommandées. Les taux de succès varient grandement d’une matière à l’autre, allant de 80 % pour les mathématiques à 20 % en sciences et technologies ou 42 % en histoire, l’épreuve la plus reprise l’an dernier.

image