22 août 2013
Les valeursquébécoises
Par: Christian Vanasse
publicité

Le futur projet de loi du Parti québécois fait l’objet d’une « fuite » médiatique. En gros, on voudrait bannir les signes religieux dans toute la fonction publique, les CPE, les écoles et les hôpitaux.

Or, si le gouvernement souhaite que les citoyens soient servis à visage découvert, les citoyens seraient en droit d’attendre la même chose de leur gouvernement. Pour l’instant, avec le ministre Drainville voilé dans son silence, ça ressemble plutôt à un ballon d’essai savamment lâché dans le ciel de l’opinion publique, coup de sonde servant à rectifier le tir au besoin. Et forçant les autres partis à prendre position. La stratégie péquiste porte déjà ses fruits puisque les Libéraux ont patiné, les Caquistes ont zigzagué en rond et dans la population les réactions furent… nombreuses, le mot est faible. Une déferlante. Avec débordements. À commencer par le philosophe Charles Taylor qui a pété les plombs en comparant le projet à ce qui se fait dans la Russie de Poutine. Woh les moteurs M. Taylor.Heureusement, d’autres commentateurs furent plus nuancés. Québec Solidaire, tout en étant profondément en faveur d’un État laïque, s’interroge ; on interdira à une femme de se voiler, mais son mari barbu pourrait enseigner? La question est pertinente, ce projet vise-t-il seulement les femmes? Si l’État veut promouvoir l’égalité, s’en prendre seulement au voile ou à la burka est faire fausse route. Mais aussi, l’État interdirait les symboles religieux pour les employés du secteur public, mais fermerait les yeux sur les prières au conseil municipal et la religion dans les écoles, hôpitaux et garderies privées subventionnés par l’État? Sans compter la fameuse croix du parlement qu’on tente de déguiser en patrimoine. Autrement dit, on veut des citoyens laïques, mais dans un état religieux fort. On croirait entendre Yvon Deschamps! On cherche le sens… mais peut-être qu’à l’instar de Dieu, les voies du PQ sont impénétrables.

image