26 septembre 2013
Lettre à mon ami Jean-Guy
Par: Le Courrier

En réponse à l’article paru en page A-11 du Courrier du 19 septembre 2013.Mon cher Jean-Guy,

Je ne me souviens pas vraiment d’un sujet sur lequel nous ayons déjà été d’accord. Tu m’as habitué depuis longtemps à tes prises de positions radicales et extrêmes et à ta tendance à généraliser les situations exceptionnelles. Mes positions sont habituellement plus nuancées, variant de centre-gauche à centre-droit. Moi plutôt tolérant et toi toujours intransigeant. Malgré cela, et c’est tout à notre honneur, nous avons réussi à maintenir des relations amicales et cordiales depuis plus de 50 ans.Tu as de tous temps idéalisé la société américaine du milieu des années cinquante; blanche, anglo-saxonne, chrétienne et j’ajouterais hétéro; tu as toujours vilipendé et combattu tout ce qui pouvait être différent. Voilà qu’aujourd’hui, à ma grande surprise, tu te fais le défenseur du hijab, du turban, du kirpan et de la calotte juive.Je suis convaincu qu’advenant qu’une catastrophe personnelle quelconque me jette un jour à la rue, tu m’offrirais généreusement un espace pour habiter chez toi.Reconnaissant bien humblement que je suis assez difficile à vivre, je sais très bien que dès le premier jour je te demanderais de changer de poste de radio car je trouverais ta musique trop agressante. Le lendemain, je te demanderais de changer les rideaux de ton salon, car ils sont de la couleur de la robe que mon ex-belle-mère portait le jour de mes noces et que ça me rend déprimé. Finalement, je t’interdirais le pâté chinois le vendredi et l’obligation de fermer toutes les lumières de la maison dès 21 h tous les soirs.Tu serais bien d’accord à ce que je puisse faire ce que je veux dans mon espace personnel. Mais, pour les espaces communs de ta maison, tu ne serais pas long à m’imposer une « Charte des valeurs Jean-Guy » pour nous faciliter une cohabitation harmonieuse. À défaut de quoi, tu me proposerais d’accepter l’invitation du maire de Calgary de m’accueillir à bras ouverts avec toutes mes exigences.Je voudrais aussi te dire en terminant que je trouve que tes amis ont toujours eu le « Nazi » facile pour qualifier les Québécois. Ça ne m’impressionne pas vraiment quand on sait de qui ça vient. Ça fera sourire tous les gens qui connaissent un peu l’Histoire et qui savent très bien que les sociétés américaines et britanniques ont été bâties sur le pillage, l’esclavage, la ségrégation raciale, l’apartheid, le massacre des Indiens d’Amérique et multiples peuples à travers le monde, sur la déportation des Acadiens et autres innombrables crimes et atrocités trop longues à énumérer.Je n’ai pas la prétention de penser que cette petite lettre te fera changer d’idée; mais je demeure convaincu malgré tout que nous avons devant nous, un autre 50 ans d’amitié et de vives discussions. Et surtout, ne t’inquiète pas; je ne te traiterai pas de nazi à cause de la charte que tu m’auras imposée…

André FournierSaint-Hyacinthe

image