14 juin 2018
Sainte-Madeleine / Sainte-Marie-Madeleine
L’étude de regroupement sera complétée
Par: Benoît Lapierre
Gilles Carpentier, maire de Sainte-Marie-Madeleine.

Gilles Carpentier, maire de Sainte-Marie-Madeleine.

André Lefebvre, maire de Sainte-Madeleine.

André Lefebvre, maire de Sainte-Madeleine.

Ayant marqué une pause dans le dossier de la fusion après les élections municipales de novembre 2017, les municipalités de Sainte-Madeleine et Sainte-Marie-Madeleine sont maintenant prêtes à poursuivre l’examen du projet de regroupement municipal.

publicité

Jugée incomplète par les deux administrations, l’étude d’opportunité d’un regroupement qui avait été produite en septembre 2017 par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire (MAMOT) sera révisée et actualisée à partir des données budgétaires 2018, a fait savoir le maire de la Paroisse de Sainte-Marie-Madeleine, Gilles Carpentier. Les deux municipalités s’y sont engagées dans des résolutions passées par leurs conseils la semaine dernière et qui ont été transmises au MAMOT.

Il a annoncé que tous les chiffres seraient mis sur la table le 20 juin à la mairie de Sainte-Madeleine, lors d’une première rencontre réunissant les directeurs généraux et trésoriers des deux municipalités, de même que des représentants du MAMOT. « Il devra y avoir d’autres rencontres par la suite, et c’est le MAMOT qui va s’occuper de l’échéancier. Il y a beaucoup de choses à regarder, et ça inclut même la division du nouveau territoire en six districts électoraux », a précisé M. Carpentier. Même s’il ne peut prédire à quel moment sera produite la version finale de l’étude, il souhaite que toute l’information au dossier soit communiquée à la population au cours de l’automne.

Le maire du village de Sainte-Madeleine, André Lefebvre, affirme quant à lui que le nouvel examen du projet donnera vraiment l’heure juste aux citoyens. « Par rapport à ce qui avait été présenté aux citoyens en 2017, nous irons beaucoup plus en profondeur. La population obtiendra le portrait réel de l’après-fusion, comme si c’était déjà fait. Il n’y aura aucune surprise par la suite. »

Sur la base du travail accompli cet été avec le MAMOT, un comité formé des représentants des deux municipalités tiendra d’autres rencontres à l’automne, après quoi un produit final sera présenté aux citoyens, en 2018 ou au début de 2019. « Mais il n’y a rien qui presse. Je me dis : prenons le temps de faire quelque chose de bien pour que les gens sachent vraiment vers quoi on s’en va. »

De 50 $ à 100 $

Par ailleurs, les deux municipalités ont été informées que le gouvernement avait largement bonifié le Programme d’aide financière au regroupement. Cette aide a été carrément doublée, passant de 50 $ à 100 $ pour chaque habitant de la nouvelle municipalité.

Vérification faite, le ministre des Affaires municipales, Martin Coiteux, l’a annoncé de façon fort discrète à la mi-avril, au milieu d’un communiqué paru sur Portail Québec et qui portait principalement sur l’aide financière à la mise en commun d’équipements, d’infrastructures et de services. C’est donc dire que, si Sainte-Madeleine (2430 h) et Sainte-Marie-Madeleine se rendent au bout du processus, la nouvelle municipalité comptera 5450 h et aura donc droit à une aide totale de 545 000 $ répartie sur cinq ans, dont 196 200 $ à la première année (36 $ / h).

image