7 juin 2012
Ville de Saint-Hyacinthe
L’ex-conseiller Bernard Avard est décédé
Par: Le Courrier
Bernard Avard a été conseiller municipal à la Ville de Saint-Hyacinthe de 1983 à 1996.

Bernard Avard a été conseiller municipal à la Ville de Saint-Hyacinthe de 1983 à 1996.

Conseiller municipal à la Ville de Saint-Hyacinthe de 1983 à 1996, Bernard Avard est décédé subitement le 30 mai, foudroyé par un infarctus alors qu’il travaillait dans son jardin. Il avait célébré ses 70 ans à la Saint-Valentin.

publicité

« Je l’ai vu entrer dans la maison à genoux. Il m’a dit : « appelle le 911, j’ai mal ». Quand les ambulanciers sont arrivés, il était encore conscient et leur décrivait la douleur qu’il ressentait. Puis tout à coup, son état s’est détérioré très vite : je l’ai vu mourir », a confié au COURRIER son épouse, Carmen Avard.

Rien, dit-elle, ne laissait présager ce drame. Son mari avait survécu à deux cancers et depuis qu’il avait pris sa retraite à 51 ans au terme d’une carrière de 31 ans comme technicien chez Bell Canada, il était en excellente forme. Jamais malade, il profitait pleinement de la vie. Il s’occupait avec passion du Jardin caché, leur Gîte du Passant de l’avenue Raymond où il aimait accueillir des gens venus de tous les continents pour visiter la Technopole de l’agroalimentaire. « Il aimait le monde, c’était un homme du public. C’était aussi un homme de défi. Chez Bell, il s’était battu pour faire entrer le syndicat. Plus jeune, il avait passé trois ans dans la marine juste pour apprendre l’anglais », raconte Carmen Avard.Son mari était entré au conseil municipal en mars 1983, à la suite d’une élection partielle dans le district Vanier, un territoire que se partagent aujourd’hui les districts Saint-Sacrement et Saint-Thomas-d’Aquin. Il avait défait son unique adversaire, Robert Rivard et avait ainsi succédé au conseiller démissionnaire, Roger Rivard. Il devait être réélu plus tard dans Vanier aux élections générales de 1984, 1988 et 1992.En 1996, Bernard Avard avait longuement hésité avant de solliciter un nouveau mandat de conseiller. Mais comme il se sentait à nouveau d’attaque – il avait combattu avec succès un cancer du larynx et venait de retrouver sa voix -, il s’était finalement décidé à défendre une fois de plus son siège. Mais les choses se passèrent moins bien pour lui qu’aux scrutins précédents et il dû s’avouer vaincu devant Jean-Claude Patenaude par un score de 777 voix contre 669. Il ne tenta pas de retour en politique municipale par la suite. Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Bernier, se souvient du conseiller Avard comme d’un homme affable qu’il aimait bien côtoyer au conseil. « Nous avons siégé ensemble durant quatre ans. C’était quelqu’un qui connaissait très bien les gens de son quartier, la paroisse Saint-Sacrement; il était très près de son monde. Il était de commerce agréable : c’était toujours intéressant d’échanger avec lui. C’était aussi un homme d’équipe, en ce sens qu’il savait se rallier lorsqu’une orientation était prise », a-t-il relaté.Outre son épouse Carmen, deux soeurs et un frère, Bernard Avard laisse dans le deuil ses trois enfants, Catherine, qui est agent de bord chez Air Canada à Vancouver, Martin, un dirigeant de DPA Assurances, et François, auteur et scénariste bien connu.M. Avard est décédé au moment où toute la famille se préparait à se rendre en France pour assister au mariage de François et de Fabienne Cortes, le 23 juin. Le destin a malheureusement voulu que ses funérailles aient lieu avant. Elles seront célébrées en l’église Saint-Sacrement le samedi 9 juin à 11 h. Il sera exposé la veille au salon funéraire Ubald Lalime, de l’avenue Bourgades Nord.LE COURRIER de Saint-Hyacinthe profite de l’occasion pour offrir ses plus sincères condoléances à la famille et aux proches de M. Avard.

image