21 novembre 2019
Entre les lignes
L’exception maskoutaine
Par: Le Courrier

La nouvelle a été ébruitée par nos collègues de L’Oeil Régional, puis reprise dans LE COURRIER du 14 novembre : Groupe Sélection souhaite construire une résidence pour aînés en bordure de la route 116 à Mont-Saint-Hilaire. Chaque fois que le nom Groupe Sélection est prononcé quelque part depuis l’automne 2016, notre attention est tout de suite captée. C’est à ce moment que ce gros promoteur de résidences pour personnes âgées de luxe avait manifesté son intention de construire une résidence de 15 étages au centre-ville de Saint-Hyacinthe. On connaît la suite. Il y a eu de l’opposition, encore de l’opposition, puis une manifestation. Le projet n’a pas encore levé, mais Groupe Sélection n’a pas renoncé malgré les embûches. La Ville de Saint-Hyacinthe encore moins, elle qui a multiplié les investissements pour préparer le terrain à la grande revitalisation du centre-ville. Depuis 2016, près de chez nous, Groupe Sélection a cependant eu le loisir de construire et d’inaugurer une résidence de 224 appartements sur six étages d’une valeur de 55 M$ dans un champ à Beloeil, puis de mettre en branle le plus récent projet du côté de Mont-Saint-Hilaire où elle devra se soumettre à un changement de zonage avant de pouvoir lancer la construction. On ne sent pas de bogue pour l’instant puisque sur le terrain convoité repose un édifice commercial vide et à vendre depuis un an.

publicité

Quand on regarde les projets de Groupe Sélection à Beloeil, à Mont-Saint-Hilaire et à Saint-Hyacinthe, quelques constats s’imposent. Ailleurs, Groupe Sélection est capable de trouver des terrains disponibles pour développer des projets qui ne soulèvent pas les passions. Des projets qui ne se traduisent pas par des relocalisations de locataires. Et ailleurs, les Municipalités concernées ne semblent pas non plus ressentir le besoin de dérouler le tapis rouge devant le promoteur pour le convaincre d’y investir. Ni Beloeil ni Mont-Saint-Hilaire n’ont proposé d’acheter des immeubles locatifs pour les démolir et y aménager des stationnements. Elles n’ont pas fait miroiter le réaménagement d’une promenade urbaine de 25 M$ avec une place de spectacles de 4 M$ tout juste au pied de la future résidence.

À Saint-Hyacinthe, c’est vraiment pas pareil comme ailleurs…

image