24 janvier 2013
L’hôpital Saint-Charles (3)
Par: Le Courrier

Projet d’un nouvel hôpital

publicité

Projet d’un nouvel hôpital

En 1927, les autorités religieuses et les médecins de l’hôpital se rendaient compte que l’hôpital actuel ne correspondait plus aux exigences après 25 ans de fonctionnement. La bâtisse était vieille, défectueuse côté hygiène, non construite à l’épreuve du feu, non destinée à l’hospitalisation des malades, malgré les améliorations apportées. De plus, le nombre croissant de malades et la confiance accrue dans la population en la nécessité de soins hospitaliers chez nombre de malades, parlaient en faveur d’une institution nouvelle, plus moderne et plus grande.

Les autorités de l’Hôtel-Dieu, propriétaires de l’hôpital, avec la coopération du Bureau médical, avaient étudié un projet et en juillet 1928, étaient prêtes à le soumettre à Monseigneur Fabien-Zoël Decelles, l’autorité suprême des religieuses, face à des projets de cette envergure. Ainsi, le 30 juillet 1928, elles adressaient une lettre en ce sens à Monseigneur Decelles. Sur les considérations exprimées par les religieuses, Monseigneur F.Z. Decelles, évêque de Saint-Hyacinthe, conjointement avec le Conseil général de l’institut, les membres du Bureau médical de l’hôpital Saint-Charles et monsieur le maire Télesphore-Damien Bouchard, entreprit les démarches nécessaires pour établir la possibilité de la reconstruction d’un coût approximatif de 300 000 $. En sa qualité de représentant du comté de Saint-Hyacinthe au Parlement provincial, M. Bouchard fit une demande de subvention au gouvernement. Une somme de 100 000 $ fut obtenue. Pour encourager cette oeuvre, les messieurs du Séminaire voulurent bien céder à des conditions avantageuses un lopin de terre donnant sur le boulevard Laframboise et mesurant 600 pieds de front sur 1 000 de profondeur. Situé dans la paroisse de Saint-Thomas-d’Aquin, mais contigu aux limites de la ville; il devait y être annexé. L’endroit choisi pouvait à bon droit être considéré comme idéal pour un établissement de ce genre. Les malades pourraient y trouver, avec les vastes horizons et les plus jolis paysages, le calme, le soleil et l’air pur en outre d’une installation moderne et des plus complètes. Le tracé des plans fut confié à René Richer, architecte de Saint-Hyacinthe, et les travaux d’entreprise, à J.A. Durocher, entrepreneur de Montréal.

Hôpital Saint-Charles – de la rue Laframboise

Extrait de l’Histoire de Saint-Hyacinthe par Mgr Choquette. « Notre hôpital Saint-Charles, desservi par les Soeurs Grises, sera achevé en 1930; l’architecte René Richer en complète les plans et devis à l’heure actuelle.

Ce sera un bel édifice de fer et ciment revêtu de briques et enrichi d’ornements décoratifs corrigeant la simplicité religieuse de ses fenêtres percées uniment, en plein mur. Il sera situé sur un lopin de terre de 1 000 par 600 pieds longeant, ou à peu près, le boulevard Laframboise et faisant partie de la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin. Notre maire et député, Télesphore-Damien Bouchard, l’a fait enclaver dans le territoire de la Cité afin qu’il puisse participer aux faveurs gouvernementales octroyées aux hôpitaux de ville. Il y aura place pour une centaine de malades et l’accommodation sera de premier ordre. »

Le Courrier de Saint-Hyacinthe, janvier 1929

« Hôpital Saint-Charles — Le Bureau médical de l’hôpital Saint-Charles, au coin des rues Dessaules et Sainte-Anne, a tenu une très importante réunion le 16 janvier 1929.

La population de Saint-Hyacinthe et des environs apprendra sans doute avec plaisir que, pour répondre aux besoins que suscitera la construction en cours de notre grand hôpital, les religieuses de l’institution, de concert avec les médecins, ont d’ores et déjà commencé l’organisation d’un personnel compétent qui, nous l’espérons, répondra à l’attente du public. D’autres développements se dérouleront dans un avenir assez rapproché; nous tiendrons le public au courant. La direction de l’hôpital Saint-Charles compte, dès maintenant, sur l’encouragement de toute la population pour mener son oeuvre à bonne fin et doter notre ville d’une institution hospitalière capable de rivaliser avec celles des autres centres. »

Hôpital Saint-Charles

Extrait du Courrier du 25 octobre 1929 qui reprend certains passages de la lettre de Monseigneur Decelles au clergé. « Le nouvel hôpital, dont l’extérieur est simple et sobre, pourra recevoir en même temps plus de 100 malades; on y donnera toutes les cures et tous les traitements.

La chirurgie aura ses salles, de même que la radiographie, l’hydrothérapie et autres perfectionnements de la science moderne. Il y aura de plus un département de maternité, une pédiatrie et une école de gardes-malades. Pour construire, les religieuses de la Charité ont assumé une dette très lourde. Elles comptent sur la Divine Providence, mais il serait bon de lui donner un coup de pouce. Ainsi des quêtes spéciales dans chaque église sont suggérées pour aider à parfaire l’oeuvre. » Monseigneur termine sa lettre par ces mots; « un jour ou l’autre nous pourrons avoir l’obligation d’y aller à l’hôpital, et nous serons heureux d’y être bien traités, bien soignés et d’y obtenir la guérison ».

image