7 février 2013
L’hôpital Saint-Charles (5)
Par: Le Courrier
Vue aérienne de l’hôpital Saint-Charles et de son entourage immédiat, en 1955. (Archives CHSH, AP-5706)

Vue aérienne de l’hôpital Saint-Charles et de son entourage immédiat, en 1955. (Archives CHSH, AP-5706)

Agrandissements en 1943

Publicité
Activer le son

Agrandissements en 1943

Les admissions augmentent depuis quelques années et la demande pour chambre privée ne peut être rencontrée.

Aussi, pour satisfaire à ce besoin, il est décidé d’agrandir par les bouts de la façade, en convertissant les grandes galeries en chambres privées; on ajoute ainsi 16 chambres, augmentant la capacité de l’hôpital de 10 chambres privées, de deux chambres de deux lits en pédiatrie, de deux locaux pour l’administration et de deux autres pour les services radiographie et laboratoire.De même en 1947, le département des prêtres, évêque et aumônier, est réaménagé pour y loger l’admission, la comptabilité, la supérieure, le directeur médical et l’aumônier.En 1952, la galerie de la façade au cinquième étage et les quelques chambres servant à certains employés sont refaites pour un bloc opératoire de quatre salles d’opérations et un bloc de stérilisation. Les anciens locaux opératoires sont transformés et le laboratoire s’agrandit d’une banque de sang et de locaux pour le pathologiste.Dans le même temps, il fut décidé de relocaliser l’entrée des ambulances. Depuis 1930, la porte des ambulances était située dans le coin entre l’aile arrière et l’aile droite de la façade. Au bout de l’aile droite, sous la galerie, le mur est percé et une rampe d’accès est faite pour une nouvelle entrée des ambulances. Ce fut une amélioration très appréciée des ambulanciers qui venaient de plus en plus nombreux à l’hôpital.

Projet d’agrandissement

En novembre 1950, les médecins de l’hôpital Saint-Charles pensent de plus en plus qu’il est maintenant nécessaire d’agrandir l’hôpital de l’extérieur au lieu d’ajouter à l’intérieur.

Depuis quelques années, les admissions augmentent sensiblement; des spécialités nouvelles : cardiologie, orthopédie, pathologie, radiologie et l’ouverture du centre anti-cancéreux sont des acquisitions importantes et, de ce fait, propres à augmenter le nombre de malades à l’hôpital. Pourquoi aller ailleurs quand on peut être traité aussi bien ici? Le 6 novembre 1950, une réunion conjointe est organisée; y assistent la révérende soeur Aline Letendre, économe générale de la communauté; soeur Ernestine Couture, supérieure de l’hôpital; soeur Saint-Bernard, économe de l’hôpital; et les membres de l’exécutif du Bureau médical; les Drs Hervé Gagnon, Guy Pothier, Jean Lafond, Paul Morin et Marc Bergeron, directeur médical. De part et d’autre, il est convenu qu’il y a nécessité de donner plus d’ampleur à l’institution. Le Bureau médical propose deux projets : 1, ajouter un étage complet à la façade; 2, bâtir une extension de 100 pieds sur quatre étages, au bout de l’aile nord-ouest. Les médecins favorisent le second projet.Quelques semaines plus tard, les religieuses font savoir que, pour le moment, il leur est très difficile de réaliser l’une ou l’autre des suggestions sans la certitude d’obtenir des octrois permettant de financer l’un ou l’autre des projets. Les octrois étant aléatoires, le projet est demeuré « sur la Table ».

Poliomyélite

À l’été de 1950, la Ville de Saint-Hyacinthe faisait don à l’hôpital Saint-Charles d’un poumon d’acier pour le traitement des complications pulmonaires des cas de poliomyélite qui, sans cet appareil, n’avaient que peu de chance de survivre.

Dans le même temps, se faisait la découverte des vaccins procurant l’immunisation contre cette grave maladie. Ainsi, en 1953, le Gouvernement provincial, avec le concours des Unités Sanitaires, met de l’avant une campagne de vaccination à travers la province. Le personnel de l’Unité Sanitaire de Saint-Hyacinthe, au cours de l’année 1953 seulement, a vacciné 2 066 enfants des comtés de Saint-Hyacinthe et de Rouville. Les séances de vaccination continuèrent avec régularité durant plusieurs années. La poliomyélite est vaincue!

Acquisitions importantes

En mars 1950 avait lieu à Saint-Hyacinthe la première clinique de donneurs de sang organisée par la Croix-Rouge. Ces cliniques se sont succédées, au manège militaire, deux fois par année. Durant 20 ans, le Dr Hervé Gagnon a été l’âme dirigeante de l’organisation locale de ces cliniques. L’organisation mise en branle par le Dr Gagnon, fut continuée grâce au travail de d’autres bénévoles.

Fêtes du 50e anniversaire de l’hôpital Saint-Charles

Les fêtes eurent lieu le 18 septembre 1952 et Le Courrier du 20 septembre en donnait la description suivante : « À 2 hrs p.m., eut lieu l’ouverture officielle des Fêtes par une réception des invités au salon des infirmières. Suivit une allocution de Mgr Douville louant les bienfaits d’un hôpital et le dévouement inlassable de tout son personnel. À trois heures avait lieu sur les terrasses de l’hôpital, la cérémonie des malades; près de 3 000 personnes étaient présentes. Suivait en plein air, le salut du Saint Sacrement. L’après-midi se terminait par la visite de l’hôpital. Le soir au Centre Notre-Dame, avait lieu le banquet-souvenir en présence de nombreux dignitaires qui prirent la parole ».

image