12 février 2015
L’Hôtel des Seigneurs vendu à la pièce
Par: Jean-Luc Lorry
Chacun des 3 100 lots avait été photographié pour faciliter l’organisation de cet encan majeur. Sur la photo debout, le commissaire-priseur Normand Talbot. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Chacun des 3 100 lots avait été photographié pour faciliter l’organisation de cet encan majeur. Sur la photo debout, le commissaire-priseur Normand Talbot. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le démantèlement de l’Hôtel des ­Seigneurs et de son centre des congrès a débuté cette semaine par la vente aux enchères de l’ensemble des ­équipements et du mobilier de l’ancien complexe hôtelier maskoutain.

Publicité
Activer le son

L’encanteur Talbot & associés avait ­mobilisé 10 personnes pendant un mois pour regrouper en 3 100 lots plus de 400 000 articles.

Rencontré sur les lieux en début de ­semaine, le commissaire-priseur ­Normand Talbot avait estimé que ­l’ensemble de cet inventaire démesuré serait écoulé.

« Tout sera vendu, a prédit M. Talbot. Il y a de belles opportunités pour les ­propriétaires de cabanes à sucre et pour ceux qui souhaitent ouvrir un restaurant. »

Plus de 4 000 chaises, 300 tables, une montagne de nappes et de serviettes ­devaient trouver preneur sans compter les 26 000 ustensiles de cuisine séparés en lots.

Chasseurs d’aubaines

Lundi, lors de l’inspection des lots, ­plusieurs chasseurs d’aubaines ­arpentaient les anciennes salles de gala du ­défunt centre des congrès reconverti en magasin à grande surface.

Sylvie St-Gelais, de Saint-Bruno-de-Montarville, veut transformer la crémerie dont elle est propriétaire en salon de thé.

« Je suis venu acheter un four pour cuire mes pâtisseries. Je trouve impressionnant la quantité de vaisselle à vendre », a indiqué Mme St-Gelais qui espérait ­repartir avec cet équipement à bon prix.

Résidente de la municipalité de ­Notre-Dame-du-Nord en Abitibi-­Témiscamingue, Carole Marcoux a ­parcouru presque 800 kilomètres pour se rendre à cet encan unique à Saint-­Hyacinthe.

« Nous démarrons une micro-brasserie à Ville-Marie et nous avons besoin de ­fauteuils », a mentionné cette ­entrepreneure qui espère mettre la main sur le mobilier visé.

Lors de notre passage, le président du groupe scout de Saint-Hyacinthe, ­Germain Breton, était venu lui aussi ­flairer la bonne affaire.

« Je recherche surtout des articles pour l’entretien de notre local. C’est désolant de constater ce qu’il reste aujourd’hui de l’Hôtel des Seigneurs », a-t-il commenté.

Absolument tout est à vendre entre les quatre murs de l’ancien établissement hôtelier. Les lourdes portes en bois des salles de gala font elles aussi partie d’un lot.

On peut même acquérir au complet le mobilier de l’une des 150 chambres ­situées dans la tour de 14 étages.

La prochaine étape sera de récupérer et de vendre tous les matériaux présents dans l’imposant édifice comme les vitres ou des éléments électriques avant que celui-ci ne soit démoli d’ici le 30 juin.

image