8 mars 2018
Liberté nourrit la bête
Par: Le Courrier

Publicité
Activer le son

Après sa mise en opération complète, l’usine de biométhanisation de la Ville de Saint-Hyacinthe a maintenant faim de matières organiques. Elle doit en effet être approvisionnée par beaucoup plus d’intrants afin d’atteindre ses objectifs de production de gaz. Un pas dans cette direction vient toutefois d’être franchi avec la signature d’une seconde entente avec l’entreprise Yoplait Liberté Canada, qui permettra d’ajouter annuellement 41 500 tonnes de lactosérum, un résidu laitier liquide, au procédé de biométhanisation. Cet apport de l’entreprise située dans le parc industriel Olivier-Chalifoux s’ajoute aux 6 500 tonnes de yogourt périmé déjà traitées par la Ville de Saint-Hyacinthe. Plusieurs autres contrats assurant des intrants organiques seront signés prochainement, assure la Ville, ce qui permettra à l’usine de biométhanisation de fonctionner à plein régime. Étaient présents lors de la signature de l’entente : Louis Bilodeau, directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Pierre Mathieu, directeur du service de la gestion des eaux usées et de la biométhanisation, Michel Proulx, conseiller principal en sécurité et environnement pour Yoplait Liberté Canada, Hélène Beauchesne, directrice des services juridiques et greffière, le maire Claude Corbeil ainsi qu’André St-Amour, le directeur de l’usine Yoplait Liberté Canada à Saint-Hyacinthe.

image