15 décembre 2016
En spectacle
L’increvable Steve Hill
Par: Olivier Dénommée
Après plus de quatre ans à jouer seul sur scène, on ne se surprend pas d’entendre que Solo Recordings Volume 3 est l’album le plus abouti de Steve Hill, qui arrive à donner l’impression qu’il a un groupe derrière lui.  Photo Olivier Dénommée

Après plus de quatre ans à jouer seul sur scène, on ne se surprend pas d’entendre que Solo Recordings Volume 3 est l’album le plus abouti de Steve Hill, qui arrive à donner l’impression qu’il a un groupe derrière lui. Photo Olivier Dénommée

Fort de plus d’une vingtaine d’années d’expérience, le rockeur et bluesman Steve Hill n’a jamais été aussi populaire que depuis qu’il s’est lancé dans une carrière de one-man-band : le premier volume de Solo Recordings en 2012 a été une véritable révélation pour bien des audiophiles, qui en redemandent encore.

« L’idée originale était d’en faire juste un, mais ça a tellement fonctionné que je n’ai pas eu le choix de continuer », explique Steve Hill, en pleine tournée après la sortie de Solo Recordings Volume 3, paru en mars dernier. Il fera escale à Saint-Hyacinthe le 16 décembre, équipé de ses guitares, d’une batterie et de sa volonté de montrer qu’il est toujours au sommet de son art, peu avant de s’envoler pour une tournée européenne dès janvier.

Même s’il estime qu’il peut encore faire « un bout » avec la tournée de son dernier disque, Steve Hill a déjà de nouveaux projets en tête. « Je prévois enregistrer un live ce printemps, mais j’ai aussi un projet solo plus acoustique, qui tend pour le moment vers le folk… Je n’ai que quatre chansons, alors difficile de dire si ça se retrouvera dans un Solo Recordings Volume 4 ou ailleurs! Et j’ai aussi un projet avec band, alors je ne sais pas encore dans quel ordre tout va se faire! »

S’adapter pour survivre

Depuis ses débuts dans les bars à 16 ans, Steve Hill a vu l’industrie de la musique changer drastiquement, mais plutôt que de se plaindre de cette nouvelle réalité, il préfère s’adapter. « La dernière décennie a tout changé », faisant référence aux ventes numériques et à l’écoute en continu, « mais moi j’arrive toujours à faire des shows. C’est plus difficile pour un auteur-compositeur de vivre, mais pour les fans, c’est super positif », relativise l’artiste, qui admet que l’Internet lui a même ouvert des portes, notamment grâce à une vidéo de ses nouvelles chansons qui ont trouvé écho ailleurs dans le monde. Même Solo Recordings est né en réponse au flop de son album Whiplash Love qui était passé complètement inaperçu en 2011… Résultat : il a connu son plus grand succès commercial à peine un an plus tard! 

Steve Hill sera en spectacle à l’Espace Rona du Centre des arts Juliette-Lassonde ce vendredi 16 décembre à 20 h 30.

image