8 juillet 2021
L’ITAQ présente les membres de son CA
Par: Eliane Tremblay-Moreau

De gauche à droite, la directrice générale de l’ITAQ, Aisha Issa, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation, André Lamontagne, la députée de Côte-du-Sud, Marie-Eve Proulx, et le président du conseil d’administration, Alain Chalifoux, lors de la conférence de presse qui a eu lieu au campus de La Pocatière. Photo gracieuseté

Après avoir annoncé que le siège social de l’Institut de technologie agroalimentaire du Québec (ITAQ) sera à Saint-Hyacinthe, le ministre de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation du Québec, André Lamontagne, a présenté les personnes qui forment la première haute direction de l’ITAQ, en fonction depuis le 1er juillet. Le conseil d’administration compte 15 membres, dont huit indépendants.
Publicité
Activer le son

La présidente de Valhorizon conseil, Aisha Issa, est nommée directrice générale de l’ITAQ et Monique Lambert est nommée directrice des études de l’Institut. Le Sorelois Alain Chalifoux est nommé membre indépendant et président du conseil d’administration. Il est le président du Groupe Laitier Chalifoux. Nassereddine Boumenna, Jocelyn Lavoie, Pierre Rivard ainsi que Marie Gosselin, Renée Michaud, Hélène Raymond et Chantal Van Winden sont nommés membres indépendants du conseil d’administration de cet institut. Un élève et un professeur des deux campus (Saint- Hyacinthe et La Pocatière) siègeront aussi au conseil.

Le changement de structure de l’institution permettra d’adapter sa mission éducative afin de pouvoir fonctionner selon les mêmes règles que les autres établissements d’enseignement collégiaux offrant des programmes de formation semblables.

Un homme investi dans le domaine

Alain Chalifoux est très honoré d’avoir eu cette nomination au sein de l’Institut où il a fait ses études collégiales. « Cette restructuration sera une opportunité de semer l’intérêt pour l’agriculture. Les gens souhaitent connaître ce qu’ils consomment. Avec la pandémie, ils en savent de plus en plus sur ce qu’ils consomment. Ils sont conscients de la qualité des produits frais et en veulent davantage », indique-t-il.

M. Chalifoux ajoute qu’il manque environ 1000 fromagers au Québec. Il évoque notamment la valorisation de l’attestation d’études collégiales (AEC) Techniques de transformation du lait en produits laitiers qui débutera en septembre. « Ces formations sont essentielles pour combler le manque de main-d’œuvre dans le domaine de l’agriculture et de la transformation de produits. Cette AEC est destinée aux gens qui sont déjà dans l’industrie, mais aussi à ceux qui ne sont pas dans ce domaine. Ils doivent être formés adéquatement lorsqu’ils arriveront à l’usine », poursuit-il. Le Québec compte environ 85 entreprises privées en laitier, dont 65 petites fromageries.

Alain Chalifoux s’est beaucoup impliqué dans le monde agricole. Il a notamment siégé au Conseil de créneau de Transformaction, au conseil d’administration du Centre d’expertise fromagère du Québec et au Conseil des industriels laitiers du Québec.

Le siège social dans la ville

Le directeur général de Saint-Hyacinthe Technopole, André Barnabé, est heureux de la tournure des événements et que le siège social de l’ITAQ se retrouve dans la ville. « Tout ça est une excellente nouvelle! Chaque personne qui a été nommée a le bagage nécessaire pour revaloriser l’ITAQ, qui a un rôle très important dans la région de Saint-Hyacinthe », souligne-t-il.

Bien que le siège social soit dans la région maskoutaine, les tâches seront partagées dans les deux pôles. Aisha Issa sera basée à Saint-Hyacinthe, tandis que Monique Lambert sera basée à La Pocatière. Le ministre a aussi laissé comprendre qu’une enveloppe intéressante sera prévue pour le maintien des deux sites de l’ITAQ ainsi que pour la construction d’un nouveau bâtiment multiélevage à La Pocatière.

image