26 novembre 2015
L’opéra de Sydney?
Par: Martin Bourassa
Publicité
Activer le son

Tous les goûts sont dans la nature et en matière d’architecture il est bien difficile de faire l’unanimité. Le centre de congrès de Saint-Hyacinthe et son hôtel de luxe n’y arriveront pas. Certains aiment, d’autres détestent.

Il faut dire qu’il est bien tôt pour se faire une opinion. Les premières esquisses ne sont pas coulées dans le béton et il n’est pas dit que les plans n’évolueront pas encore d’ici la première pelletée de terre en avril.

On doit cependant avouer que les ­architectes avaient créé de grosses attentes avant le dévoilement en parlant d’un ­bâtiment signature pour la Ville de Saint-Hyacinthe, un bâtiment que l’on reconnaîtrait au premier coup d’oeil. À l’écran, ­pendant leur exposé, on pouvait voir une image de l’opéra de Sydney, ce bâtiment à l’allure d’un voilier blanc majestueux sur le bord du Pacifique, classé au Patrimoine mondial de l’UNESCO.

Disons qu’ils avaient beurré épais et mis la barre un peu haute, avouons-le.

Cela dit, l’architecture n’est quand même pas si mal, même si cela ne révolutionne rien. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit ­d’implanter deux immeubles, dont un en hauteur, dans un stationnement asphalté relié à un immense centre commercial.

Le décor n’est pas tellement bucolique. Mais il ne s’agit pas de construire un opéra ou un spa thermoludique, mais un centre de congrès en milieu urbain, le long d’une autoroute. Il ne faudrait donc pas accorder trop d’importance au contenant.

C’est avant tout le contenu, les équipements, les services, la flexibilité des ­aménagements et leur convivialité qui ­feront foi de tout et qui permettront à notre centre de congrès de se distinguer des autres. Pas la couleur des murs, ni le design éclaté.

Dans le meilleur des mondes, il faut ­seulement trouver le bel équilibre entre beau, bon et pas trop cher, en tout cas pas plus cher que ce qui a été déjà annoncé. Et surtout, on ne doit pas refaire l’erreur du centre aquatique Desjardins, où le style ­architectural semble avoir pris le dessus sur la qualité générale du contenu.

À titre d’information, l’opéra de Sydney devait coûter 7 millions de dollars ­australiens. Il aura finalement coûté la ­coquette somme de 102 millions. Oups…

image