12 janvier 2017
Les loisirs à Sainte-Marie-Madeleine
L’OTJ Desnoyers sur la touche
Par: Benoit Lapierre
La municipalité de Sainte-Marie-Madeleine a rompu ses liens avec l’OTJ Desnoyers.  Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La municipalité de Sainte-Marie-Madeleine a rompu ses liens avec l’OTJ Desnoyers. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La municipalité de la Paroisse de Sainte-Marie-Madeleine ne confiera plus l’organisation des loisirs municipaux à l’OTJ Desnoyers, cette corporation sans but lucratif qu’elle mandatait à ce sujet depuis 1968.

Publicité
Activer le son

À sa séance du 5 décembre, le conseil municipal, à l’issue d’un vote serré, a rejeté pour la troisième fois le budget que lui avait présenté l’OTJ (Organisation des terrains de jeu) pour l’année 2017, de sorte que le lien entre l’organisme et la municipalité est maintenant rompu.

« L’OTJ Desnoyers, c’est terminé. Nous allons municipaliser les loisirs », a annoncé le conseiller Gilles Carpentier, à la suite du refus du conseil d’approuver le budget de l’organisme. Lui-même et les conseillers Lise Cadieux, Jean-Guy Chassé et Daniel Choquette se sont prononcés en faveur du rejet des prévisions budgétaires de l’OTJ, tandis que le maire Simon Lacombe et les conseillers Patrice Barbot et Chantal Bernatchez ont voté contre.

En novembre, l’OTJ Desnoyers avait d’abord soumis au conseil un budget de 203 000 $ comportant une contribution de 143 000 $ de la municipalité destinée à couvrir les salaires, ce que les conseillers Carpentier, Cadieux, Chassé et Choquette avaient jugé trop élevé.

Après un premier rejet des prévisions budgétaires le 7 novembre, un budget révisé comportant 14 300 $ de dépenses en moins pour la municipalité avait ensuite été présenté le 14 novembre, lors d’une séance extraordinaire qu’avait convoquée le maire Simon Lacombe, mais sans que les quatre conseillers qui avaient déjà voté contre la première version du budget modifient leur position. « Il y avait une réduction, mais l’OTJ en faisait moins aussi. Elle ne s’occupait plus des patinoires et de l’entretien du parc Choquette, et n’augmentait pas ses revenus avec un tarif plus élevé pour les enfants de l’extérieur », a indiqué le conseiller Carpentier. 

Le maire Lacombe, qui fait face à une opposition majoritaire au conseil depuis l’élection de Gilles Carpentier à la partielle du 29 mars 2015, n’est pas du tout content du sort que son conseil a réservé à l’OTJ. « Ça n’a pas d’allure ce qu’ils ont fait. On avait une bonne organisation, L’OTJ venait même d’obtenir 40 000 $ de la MRC pour deux projets. Là, je ne sais pas ce qui va arriver, il faut qu’ils fassent quelque chose », a-t-il commenté.

Concernant la suite des choses, le conseiller Carpentier a indiqué que la municipalité avait déjà fait paraître un avis d’appel de candidatures sur le site « Québec Municipal » pour le poste de coordonnatrice en loisirs, en remplacement de Linda Michaud, de l’OTJ, laquelle aurait accepté il y a quelque temps un nouvel emploi dans la région de Québec. Il a ajouté que pour cet hiver, ce sont les employés municipaux qui allaient s’occuper de préparer les anneaux de glace des parcs Choquette et Jodoin, et de les entretenir par la suite.

Pour le moment dit-il, le conseil n’envisage pas de conclure une entente intermunicipale avec le Village de Sainte-Madeleine au sujet des loisirs. Sainte-Madeleine et Sainte-Marie-Madeleine avaient rompu leur dernière entente à ce sujet le 1er janvier 2012, à la suite d’un différend sur la juste participation de chacune au financement des services. Le Village s’était alors retiré de l’OTJ Desnoyers, pour s’organiser seul en matière de loisir.

Le président de l’OTJ, André Mousseau, a dit déplorer le choix fait par la Paroisse en matière de loisir. « Ils ont fini par voter le même budget que celui qui avait été présenté. Ils ne veulent plus de l’OTJ, même si c’est une bonne organisation », a-t-il commenté, en visant les quatre conseillers qui dirigent la municipalité.

M. Mousseau préside un conseil d’administration qui se composait jusqu’ici de 14 membres, dont les conseillers municipaux Chantal Bernatchez et Patrice Barbot (vice-président), tous deux restés fidèles au maire Lacombe. Ils se pencheront sur l’avenir de l’organisme à leurassemblée générale annuelle du 29 janvier. « On verra ce que les gens vont décider, en attendant qu’on fasse le ménage dans ce conseil municipal-là », a-t-il lancé. 

image