2 janvier 2020
Décision de la CPTAQ dans le dossier Exceldor
L’UPA de la Montérégie réitère l’importance stratégique du territoire agricole
Par: Le Courrier

La Fédération de l’UPA de la Montérégie a entendu l’appel de la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, à la suite de la décision de la CPTAQ rendue le 17 décembre dans le dossier de relocalisation d’Exceldor et réitère l’importance stratégique du territoire agricole.

Publicité
Activer le son

La fédération tient à rappeler qu’elle a agi en collaboration et avec transparence pendant tout le processus menant à la décision. En effet, à la demande de la Ville de Saint-Hyacinthe, l’UPA a participé à une rencontre le 25 avril 2018, avant le dépôt officiel à la CPTAQ, afin de présenter l’ensemble des critères d’évaluation relatifs au projet d’après les dispositions de la Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles (LPTAA).

Toujours avant l’audience, la fédération a transmis à la CPTAQ tous les documents de référence à être utilisés afin de les rendre disponibles pour la Ville. Finalement, lors de l’audience, l’intervention des spécialistes de la fédération s’est limitée à commenter les documents déposés par la Ville, sans apporter de fait nouveau.

« Il est primordial de comprendre les responsabilités de chacune de nos organisations. La Loi sur la protection du territoire et des activités agricoles est appliquée par la CPTAQ exclusivement. Pour sa part, la fédération a le mandat de faire valoir l’importance du territoire agricole », explique le président de l’UPA de la Montérégie, Christian St-Jacques.

La région de Saint-Hyacinthe renferme des sols affichant une productivité et un rendement agronomique exceptionnel. La rareté des terres agricoles (moins de 2 % du sol québécois) et leur caractère non renouvelable leur confèrent une importance stratégique considérable.

« Opposer sans cesse la protection du territoire agricole au développement économique précarise notre garde-manger collectif. Dans le cas qui nous intéresse, la délocalisation des emplois relève d’abord d’une décision administrative de la direction d’Exceldor. Afin de concrétiser le projet à l’endroit souhaité, la Ville devait par la suite convaincre la Commission que le site choisi pour la nouvelle usine était celui de moindre impact pour l’agriculture… À l’heure actuelle, seulement Exceldor et la Ville de Saint-Hyacinthe peuvent dénouer la situation. Malgré tout, la fédération accepte l’invitation de la députée et consent à déléguer des représentants dès janvier pour une rencontre », conclut M. St-Jacques.

UPA de la Montérégie

image