25 avril 2019
Forum
Lutte aux hydrocarbures : entre le rêve et la publicité!
Par: Le Courrier

Dans La Presse du 2 avril, Pierre-Olivier Pineau se pose des questions au sujet de l’efficacité des environnementalistes qui s’opposent aux hydrocarbures. Selon lui, « retirer du financement et interdire les projets canadiens d’hydrocarbures n’aide en rien la cause climatique, et pourrait même lui nuire ».

publicité

Je constate que M. Pineau est peu bavard au sujet des changements climatiques ainsi qu’au sujet de l’inefficacité des subventions de nos gouvernements aux pétrolières. Pourtant, les manchettes d’aujourd’hui nous affirment que le Canada serait plus touché par les changements climatiques que le reste de la planète.

Certes, notre civilisation est « accro » aux énergies fossiles. Comment aider un accro à se défaire de sa dépendance? Aider efficacement les accros, c’est LA question que les « alcooliques anonymes » et tous les intervenants en toxicologie qui essaient de les aider doivent tenter de résoudre.

Que ce soit le jeu compulsif, l’alcool, la cigarette, le pot ou une drogue « dure » comme la morphine, il faut amener l’accro à réaliser que le produit qu’il(elle) aime l’amène à sa perte; tous les « drogués » doivent se sevrer de leur dépendance. Oui, nous avons « besoin » de pétrole pour notre économie et notre confort; mais cette dépendance aux énergies fossiles ne menace-t-elle pas de livrer nos petits-enfants pieds et poings liés à la 6e grande extinction des espèces? Sommes-nous assez efficaces pour accomplir cette tâche de désintoxication?

Parlant d’inefficacité, dans son rapport, la commissaire à l’environnement et au développement durable, Mme Gelfand, affirme que « la lenteur du Canada à accepter, combattre et s’adapter au réchauffement de la planète est ce qu’elle trouve le plus “troublant” ». Si vous prenez la peine de lire son rapport, entre autres perles, vous verrez la constatation suivante : « Dans l’ensemble, nous avons constaté que les évaluations réalisées par le ministère des Finances Canada pour recenser les subventions fiscales inefficaces aux combustibles fossiles étaient incomplètes, et que les conseils fournis au ministre n’étaient pas fondés sur tous les renseignements pertinents et fiables. »

M. Pineau peut se moquer de la supposée inefficacité des environnementalistes pour réduire la dépendance maladive de notre civilisation aux combustibles fossiles. Mais en disant qu’il y a « tout lieu de croire que pour les hydrocarbures, comme pour l’alcool, la prostitution et les drogues, on ne résoudra pas le problème en sévissant sur l’offre », il oublie de dire que les « vendeurs du temple » sont extrêmement efficaces pour nous offrir des joujoux qui brûlent de grandes quantités de pétrole.

Oh!, de temps en temps, on peut offrir un modèle hybride ou électrique parce que la loi 104 les y oblige, mais la pub nous propose en grande majorité des VUS ou de grosses camionnettes (F-150, Ram 1500, Sierra, etc.) qui consomment de l’essence comme un chameau assoiffé après une semaine dans le désert. Sauf quelques agriculteurs ou entrepreneurs en construction, très peu de consommateurs ont réellement besoin de ces « chars d’assaut ». Aux accros de l’essence, la pub lance le leurre de l’ego : « Si t’as un gros truck, tu es un homme, un vrai! »

Plus proche de la réalité, le commentateur Pierre-Yves McSween répète souvent la question suivante : « En as-tu vraiment besoin? » Comme modèle risible d’écoblanchiment, il mentionnait une pub de General Motors intitulée « le rêve canadien de Sandra ». Son rêve, c’est de brûler du « gaz » en se rendant à la campagne avec son gros VUS qui tire une remorque; et là, elle va brûler du « gaz » avec son motocross. M. McSween faisait remarquer que cette pub est le contraire de la réalité écologique. Est-ce que Sandra a vraiment besoin d’un gros VUS, d’une remorque et de ces motocross qui brûlent tous des « tonnes » d’essence pour apprécier la nature et faire des activités familiales? Ou, comme une accro, est-ce qu’elle succombe à la tentation du rêve que la multinationale lui propose? Ça, la pub ne le dit pas! Ça nuirait à l’offre si chère à M. Pineau!

Gérard Montpetit,
membre du Comité des citoyens et citoyennes pour la protection de l’environnement maskoutain

image