14 juin 2012
Ma priorité : Fadette
Par: Martin Bourassa

Les conseillers de la Ville de Saint-Hyacinthe ont récemment passé tout un samedi à discuter de leurs orientations et de leurs priorités.

publicité

Les conseillers de la Ville de Saint-Hyacinthe ont récemment passé tout un samedi à discuter de leurs orientations et de leurs priorités.

Difficile à croire n’est-ce pas? Disons qu’on a hâte de sentir les effets de cette réunion dans la bonne marche des affaires courantes. Il serait grand temps de mettre un peu d’ordre dans tous les projets qui sont sur la table du conseil.Les décisions prises récemment ne sont pas tellement convaincantes, que ce soit au niveau de l’urbanisme (bureaux), du patrimoine ou des travaux publics (égouts).Ma solution? Profiter des vacances estivales pour prendre du recul et s’aérer l’esprit, puis faire un grand ménage dans les projets qui sont à l’étude. Il faut prioriser ceux qui assurent le plus grand retour sur l’investissement, ceux susceptibles de combler plusieurs besoins à la fois. Si je pars du principe qu’on rénove sommairement le pavillon de la piscine Laurier, je prioriserais le projet de construction du gymnase de l’école secondaire Fadette, avec la participation de la commission scolaire.En plus de répondre à un besoin éducatif pressant et essentiel, on pourrait sûrement trouver le moyen de résoudre en même temps le problème que pose le déménagement du judo, de la gymnastique et qui sait, de la Maison des jeunes, voire même des organismes culturels. Sinon, pour la Maison des jeunes, je regarderais du côté du presbytère ou de l’église Sacré-Coeur, que certains veulent transformer… en boulodrome! Pour nos jeunes, ce serait mieux qu’une maison mobile et c’est d’ailleurs situé dans le bon quartier. Quant à la salle de spectacles, commençons par y ajouter un ascenseur et par isoler l’espace Rona. La Ville et la SDS en ont déjà plein les bras.Que faire avec la Métairie? Ce que l’on aurait dû faire depuis le début. Démolir le couvent et encadrer le privé pour assurer la mise en valeur du site. N’en déplaise au conseiller Barré, ce couvent n’a jamais eu et n’aura jamais le cachet et la valeur patrimoniale du pavillon de la piscine Laurier aux yeux des Maskoutains.Il ne figure pas dans notre circuit patrimonial et n’était pas sur le point d’être cité.Au lieu de courir comme une poule pas de tête et de s’éparpiller, concentrons nos oeufs, nos énergies et nos sous dans le même panier : Fadette.

M.B.

image