8 juin 2017
Entre les lignes
Ma propre Sélection
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Voici quelques observations que je vous lance en rafale au sortir de l’interminable soirée d’information et de consultation sur le projet Réseau Sélection. Je vous les énumère à chaud, comme elles viennent. Il est passé minuit…

  1. Le complexe résidentiel semble bien pensé, mais son architecture est, comme l’a fait remarquer le directeur général de la Ville, Louis Bilodeau, « assez contemporaine ». Elle s’inspire davantage du centre des arts que du Marché public mettons…
  2. La Ville cède le terrain à prix réduit, même que ça ressemble à une aubaine, malgré ce que prétend M. Bilodeau. Le prix de vente est à 2,2 M$ et la Ville devra débourser au minimum 3,6 M$ pour permettre la réalisation du projet. Elle ne rentre pas dans ses frais avec le prix de vente. Ça paraît mal.
  3. En entrevue après la soirée, M. Bilodeau s’est dit convaincu que la Ville n’aurait jamais obtenu un montant supérieur à 2,2 M$ sur le marché si elle avait mis ce terrain en vente. Même le Groupe Robin aurait passé son tour, dit-il. « Il (ce promoteur) n’a jamais manifesté son intérêt pour ce terrain », a confié le directeur général de la Ville.
  4. Réseau Sélection profitera d’un crédit de taxes foncières pendant 5 ans. L’acheteur épargnera autant que ce que lui coûtera le terrain. Un vrai bon deal, même si la Ville se consolera avec des revenus de taxes de 20,3 M$ sur 40 ans.
  5. Invité à retarder la réalisation de son projet d’une année afin de permettre à la Ville de s’organiser en conséquence, le promoteur a justifié l’urgence de procéder par la vive concurrence et sa volonté de saisir une opportunité. Cela n’a convaincu personne.
  6. La question du problème de stationnement reste entière. Même si le maire Claude Corbeil assure que la Ville compte trouver les 188 cases perdues avant de mettre la « switch à on », les gens sont sceptiques et nous aussi. Disons qu’il y a beaucoup de si et de peut-être dans la stratégie municipale. 
  7. La résidence s’adresse aux 55 ans et plus actifs et autonomes a confirmé le promoteur, tout en estimant la moyenne d’âge des futurs occupants à 75 ans. C’est donc 1-0 pour Jean-Marie Pelletier!
image