26 mai 2011
Le Centre des arts dans cinq ans
Maintenir l’affluence serait une réussite
Par: Le Courrier
Le Centre des arts Juliette-Lassonde de Saint-Hyacinthe a cinq ans.

Le Centre des arts Juliette-Lassonde de Saint-Hyacinthe a cinq ans.

L’effet de nouveauté a contribué au cours des cinq premières années à faire rapidement exploser le nombre de visiteurs au Centre des arts, affirme sa directrice générale, France Guilmain. Elle soutient aussi que parvenir à maintenir cette affluence au cours des cinq prochaines années sera considéré comme une réussite.

Publicité
Activer le son

On soulignera le 31 mai par une petite réception sans prétention les cinq ans du Centre des arts Juliette-Lassonde de Saint-Hyacinthe. Déjà cinq ans. Afin de souligner cet anniversaire, voici un petit tour de jardin du chemin parcouru et du chemin qu’il reste à faire d’ici le 10e anniversaire.

« Nous desservons 80 000 habitants, je ne peux pas dire que nous allons doubler », dit-elle. Elle convient que de nouvelles salles viennent faire concurrence à la salle de spectacles maskoutaine. Surtout celle du quartier Dix-30, qui vient « forcément » piger dans notre « 2e arrondissement » de clients potentiels.

Le nombre de spectacles grand public, d’artistes et de visiteurs a d’ailleurs baissé pour la première fois en 2009-2010 (juillet à juin), après trois ans de hausses. Les retombées directes et indirectes, et les emplois créés (un emploi indirect pour chaque 50 000 $ en retombées) ont aussi diminué pour la première fois cette année-là.France Guilmain s’explique ces résultats par le fait que le Centre des arts a lui aussi « ressenti un peu la crise économique ». Selon elle, une partie de la solution pour maintenir l’affluence au cours des cinq prochaines années réside dans l’importance de l’offre d’événements pour la clientèle scolaire. « Nos prochains clients », a-t-elle ajouté.Elle compte aussi sur des travaux prévus cet été pour améliorer la disponibilité du Centre des arts à la convenance des artistes.

Commerçants bien rodés

Selon la compilation des données de clientèles au 31 décembre dernier, le Centre des arts Juliette-Lassonde a présenté depuis son ouverture, en janvier 2006, 734 activités ou représentations, qui ont attiré au centre-ville 544 artistes et 334 999 spectateurs. Ces données incluent les spectacles grand public, pour les jeunes (CPE, scolaire, collégial) et gratuits.

Si on ajoute les activités de sensibilisation et de développement (rencontre-échange, séance d’autographe, ateliers préparatoires, etc.), ainsi que les locations, les chiffres indiquent 1876 activités, 544 artistes et 574 317 visiteurs. On estime les retombées économiques à 56,1 M$ depuis cinq ans. Un total représentant des retombées annuelles moyennes de 11,2 M$. Les retombées directes totales sont évaluées à 21,4 M$ et indirectes à 34,7 M$, pour des moyennes annuelles respectives de 4,28 et 6,94 M$. Ces retombées directes et indirectes auraient généré 1083 emplois (moyenne annuelle de 217). Selon Anouk Charbonneau, responsable des communications au Centre des arts, les commerçants ont pris de l’expérience entre l’an un et cinq. « Ils savent que si les Denis Drolet sont en ville les gens se dirigeront après vers les bars, mais plutôt vers les restos si c’est une pièce de théâtre. » La programmation leur est remise chaque mois, précise-t-elle.

image