7 novembre 2013
Après deux commotions cérébrales en 12 mois
Marc-André Bourdon toujours en réhabilitation
Par: Maxime Prévost Durand
Marc-André Bourdon s'est rendu au Michigan afin de poursuivre sa réhabilitation avec l'un des plus réputés médecins en matière de commotions cérébrales.

Marc-André Bourdon s'est rendu au Michigan afin de poursuivre sa réhabilitation avec l'un des plus réputés médecins en matière de commotions cérébrales.

Le 30 novembre 2012, Marc-André Bourdon a disputé sa dernière partie de hockey. C’était avec les Phantoms d’Adirondack, club-école des Flyers de Philadelphie, durant le dernier lock-out de la LNH. Depuis, il n’a plus joué, victime d’une commotion cérébrale, une deuxième en moins d’un an.

Publicité
Activer le son

Près d’un an plus tard, le Maskoutain est toujours en période de réhabilitation. Il a été aidé par plusieurs médecins durant cette période, mais jamais il n’a été en mesure de guérir complètement les symptômes d’après commotion cérébrale qu’il ressent toujours.

LE COURRIER l’a rejoint lors d’un entretien téléphonique, alors qu’il se trouvait près de Détroit avec le Dr Jeffrey Kutcher à l’Université du Michigan. C’est l’un des médecins les plus respectés dans la LNH lorsqu’il est question de commotion cérébrale.« C’est un ancien entraîneur de football à l’Université du Michigan. Tous les médecins que j’ai vus sont bons, mais chacun a une approche différente. Avec lui, je me sens toujours en confiance, affirme Bourdon au bout du fil. On saute sur la glace chaque jour dans le cadre de ma réhabilitation. »Son temps passé sur la glace varie de jour en jour, tout dépendant des symptômes qu’il ressent. Parfois, il n’y passe que 20 ou 30 minutes avant d’être aux prises avec des étourdissements, d’autres fois il peut patiner pendant plus de 45 minutes.« Je vais assez bien, répond-il lorsqu’on lui demande comment il se porte. Je vois un progrès, mais je suis pris dans une espèce de plateau. Comme j’ai reçu trop de coups à la tête, certaines connexions se font moins bien dans le cerveau. Sur la patinoire, ça bloque encore. »Malgré tout, le défenseur de 24 ans reste optimiste quant à son avenir et souhaite retrouver sa place dans la Ligue nationale une étape à la fois. « Lors de ma première commotion cérébrale, je suis sans doute revenu trop rapidement au jeu. Cette fois, je vais revenir lorsque je serai à 100 %. Je devrai recommencer au bas de l’échelle, je devrai refaire ma place au sein de la Ligue nationale. Il y aura une période d’adaptation, mais je ne suis pas inquiet de pouvoir rejouer dans la LNH. »Les joueurs ayant subi quelques commotions au cours de leur carrière sont souvent plus propices à en subir à nouveau lors de contacts sévères. Pour le Maskoutain, le retour au jeu n’est pas source d’inquiétude.« Je ne suis pas quelqu’un qui recule par la peur. Peut-être qu’il y aura un petit stress au départ, mais lorsque je jouerai de nouveau, je serai rétabli à 100 %. Il n’y aura pas de raison d’avoir peur. »Plusieurs dates avaient été fixées depuis sa blessure pour un éventuel retour. Bourdon ne s’en fixe plus. « Je n’y pense pas, je ne veux pas virer fou avec ça. J’y vais au jour le jour, je pense de façon positive. Tant qu’à spéculer, j’aime mieux me concentrer sur ma réhabilitation et lorsque je serai prêt, je reviendrai au jeu. » Il croit tout de même qu’il sera capable de revenir à temps pour jouer quelques parties cette saison. « Il reste encore beaucoup de temps, la saison est jeune! »

Congestion en défensive

Marc-André Bourdon aura un défi supplémentaire avant d’effectuer un retour dans la Ligue nationale : il devra composer avec une congestion au poste de défenseur chez les Flyers de Philadelphie.

Le premier à en avoir fait les frais au début de la saison est son compatriote maskoutain Bruno Gervais, cédé au Phantoms d’Adirondack avant le début de la saison. Les Flyers embauchaient au même moment le vétéran Hal Gill, qui n’a d’ailleurs pas joué encore cette saison.Avec les Luke Schenn, Mark Streit, Braydon Coburn, Erik Gustafsson, Andrej Meszaros et Kimmo Timonen, la défensive de Philadelphie est déjà bien garnie. « Il y a peut-être beaucoup de défenseurs, mais ça ne va pas très bien présentement pour l’équipe », rappelle Bourdon. Les Flyers présentent l’un des pires débuts de saison à travers la LNH. Après 14 parties, ils ne comptent que 4 victoires. Seuls les Sabres de Buffalo font pire, avec 3 victoires en 17 rencontres.« Ce sera à moi de jouer ma game et de travailler dur. Je suis conscient que je peux faire ma place dans la LNH à nouveau. » Bourdon écoule sa dernière année de contrat le liant avec Philadelphie.

image