5 février 2015
Jeux du Canada
Marc Laurence, pour une deuxième conquête de l’or
Par: Maxime Prévost Durand
Marc Laurence (à gauche) aura la chance de défendre les couleurs du Québec une fois de plus aux Jeux du Canada. Son entraîneur, Jonathan Gariépy (à droite), pilotera la formation québécoise. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Marc Laurence (à gauche) aura la chance de défendre les couleurs du Québec une fois de plus aux Jeux du Canada. Son entraîneur, Jonathan Gariépy (à droite), pilotera la formation québécoise. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le Maskoutain Marc Laurence a goûté à l’or aux Jeux du Canada d’hiver présentés à Halifax en 2011. Quatre ans plus tard, il aura la chance d’aller défendre cette médaille d’or du côté de Prince George, en Colombie-Britannique, puisqu’il a confirmé sa place au sein d’Équipe Québec.

Publicité
Activer le son

Depuis 2011, Marc a eu la chance de participer à plusieurs compétitions avec la formation québécoise. Et partout où elle va, elle gagne. Le Québec a tout raflé au cours des dernières années en basketball en fauteuil roulant. « Tout le monde nous attend de pied ferme », a affirmé l’athlète de 20 ans en entrevue au COURRIER.

Sauf qu’un avertissement a été envoyé à la formation québécoise au dernier championnat canadien junior par la Saskatchewan. « On a perdu par seulement un point, sur le dernier lancer du match. On sera donc classé 2e aux Jeux du Canada. Ça met du suspense », a-t-il analysé.

Lorsqu’il repense à sa participation aux Jeux du Canada en 2011, Marc Laurence n’en garde que de bons souvenirs.

« Ce qui m’a marqué, c’est de voir comment les équipes de tous les sports s’encouragent. On est là pour donner une bonne réputation au Québec. Il y a un esprit de groupe qui se forme en tant que délégation. »

Marc, atteint de paraplégie spastique familiale, évolue avec les Kamikazes de Saint-Hyacinthe depuis plus de 14 ans déjà. Il a commencé vers l’âge de 6 ans avec le programme des mini-Kami, avant de faire le saut avec la « vraie » équipe quelques années plus tard. « Le calibre est fort à Saint-Hyacinthe », dit-il, sans prétention.

Les Kamikazes compteront d’ailleurs sur deux autres représentants aux Jeux du Canada, soit l’entraîneur Jonathan Gariépy et la joueuse Élodie Tessier.

Deux autres Maskoutains, Alexandre Lapointe et Ludger Blanchard, seront aussi de la compétition à titre d’arbitre.

image