3 juin 2021
Absent depuis mars en raison d’ennuis de santé
Mario Pouliot ne fait plus partie des Huskies
Par: Maxime Prévost Durand

Mario Pouliot ne sera pas de retour avec les Huskies de Rouyn-Noranda pour se concentrer sur sa santé. Photo Vincent Éthier – LHJMQ

Le Maskoutain Marc-André Bourdon a été promu comme directeur général des Huskies avec le départ de Mario Pouliot. Photo Huskies de Rouyn-Noranda

Aux prises avec des ennuis de santé depuis un malaise cardiaque subi à la mi-mars, l’entraîneur maskoutain Mario Pouliot a décidé de se retirer de ses fonctions d’entraîneur-chef et de directeur général au sein de l’organisation des Huskies de Rouyn-Noranda.

Publicité
Activer le son

Après avoir été remplacé de façon temporaire pour la fin de la saison, l’homme de 57 ans a finalement annoncé la semaine dernière qu’il ne sera pas de retour avec la formation de l’Abitibi-Témiscamingue. La nouvelle a été partagée par les Huskies par voie de communiqué.

« L’organisation annonce une importante restructuration de son personnel hockey, à la suite du retrait de Mario Pouliot pour des raisons de santé », était-il écrit.

Joint par LE COURRIER dans les jours qui ont suivi, Mario Pouliot a poliment décliné notre demande d’entrevue.

Actif depuis 30 ans comme entraîneur, il est le seul entraîneur-chef à avoir remporté la Coupe Memorial deux années consécutives avec deux équipes différentes. Il avait réalisé l’exploit lors des saisons 2017-18 et 2018-19 avec le Titan d’Acadie-Bathurst et les Huskies de Rouyn-Noranda.

Marc-André Bourdon le remplace comme DG

Au même moment où le départ de Mario Pouliot était annoncé, on apprenait que le Maskoutain Marc-André Bourdon lui succéderait en tant que directeur général des Huskies. C’est toutefois Brad Yetman qui prendra la relève à titre d’entraîneur-chef après avoir assuré l’intérim en fin de saison.

« Dans ma tête, c’était mieux qu’on y aille comme ça. J’étais plus à l’aise qu’on y aille avec les gens en place. Ça ne m’intéressait pas nécessairement de coacher en plus d’être DG parce que ça demande beaucoup de temps », souligne Marc-André Bourdon dans un entretien téléphonique avec LE COURRIER.

En poste à Rouyn-Noranda depuis six saisons, dont quatre comme adjoint au DG, l’ancien hockeyeur de 31 ans s’est néanmoins dit honoré de se voir confier ce rôle important malgré le contexte particulier qui a mené à cette promotion.

« Ce n’est pas une chose à laquelle je m’attendais [d’être promu], avoue-t-il. Mais je suis bien content, c’est un beau challenge et une belle marque de confiance. C’est un honneur pour moi. J’ai joué ici, j’ai gagné la Coupe Memorial [comme entraîneur adjoint] avec cette équipe, j’ai une longue histoire avec les Huskies. C’est vraiment une surprise [d’être le nouveau DG], mais les circonstances ont fait que c’est arrivé. »

Depuis le malaise subi par Mario Pouliot, plusieurs questions demeuraient sans réponses. « On a été un bon bout où on ne savait pas s’il allait revenir ou pas. On avait moins de nouvelles de lui, le propriétaire de l’équipe nous disait qu’il était au repos, qu’il prenait ses distances du hockey pour sa santé », raconte Bourdon.

De son propre aveu, l’ancien choix de 3e ronde des Flyers de Philadelphie n’avait pas l’ambition de devenir DG à court terme. « Mon chemin s’alignait plus vers le recrutement, pour avoir une opportunité dans la ligue nationale éventuellement », confie Bourdon, qui était recruteur en chef des Huskies ces dernières années, en plus d’être adjoint au DG.

Pour remplacer le Maskoutain dans ses précédentes fonctions, le mandat a été confié à Yannick Gaucher, déjà recruteur pour la formation abitibienne. Ce dernier est le père des frères Jacob et Nathan Gaucher, deux joueurs qui sont passés par le programme des Gaulois de Saint-Hyacinthe dans le midget AAA.

Depuis son arrivée au sein du personnel des Huskies, Marc-André Bourdon estime avoir été privilégié de côtoyer des personnes aussi expérimentées que Mario Pouliot et son prédécesseur, Gilles Bouchard. Son but sera de poursuivre le « cycle d’excellence » lancé il y a plusieurs années par André Tourigny à Rouyn-Noranda.

image