12 février 2015
Mario Saint-Amand : pour l’amour des mots
Par: Amilie Chalifoux

Après avoir campé le rôle principal dans le film autobiographique

Publicité
Activer le son

Mario Saint-Amand est acteur, auteur-compositeur et interprète. Mais il aime avant tout raconter des histoires. Que ce soit au cinéma, au théâtre ou en chanson, Mario Saint-Amand aime raconter. C’est d’ailleurs ce qui est à la base de 22 Câline de blues. Un projet dans lequel il met en valeur ceux dont le film n’a pas fait ­mention.

« J’ai voulu rendre à césar ce qui ­appartient à César, soit parler des grands oubliés du film, les paroliers. J’avais envie de les faire connaitre. J’ai eu envie aussi de parler de notre langue et j’avais surtout envie que les gens comprennent que Gerry Boulet était un excellent pianiste, un très bon compositeur de musique et que, même s’il aimait la langue, il n’a ­jamais écrit aucune parole. Durant toute sa carrière, il a été entouré de poètes et de paroliers extraordinaires. Mais je ­souhaite aussi que les gens comprennent comment Gerry s’est approprié la ­musique. C’est cela qui est magnifique d’un grand interprète comme lui », explique Mario Saint-Amand.

L’idée d’un tel projet lui est venue à ­l’esprit après avoir participé à la tournée du Réseau des Organisateurs de ­Spectacles de l’Est du Québec (ROSEQ), en 2012. L’expérience lui a donné envie de renouer avec la chanson et lui a fait réaliser le manque de visibilité des ­paroliers qui ont donné leurs mots à Gerry Boulet.

La voix que j’ai de Gilbert Langevin, ­Toujours vivant de Michel Rivard, Câline de blues de Pierre Harel et Un beau grand bateau de Denise Boucher ne sont qu’un avant-goût des titres auxquels Mario Saint-Amand donne un second souffle.

Avec 22 Câline de blues, l’artiste ne se ­limite pas qu’à l’interprétation. Chaque pièce est accompagnée d’une anecdote racontée par les paroliers eux-mêmes ou par ceux qui furent témoins de leur ­création. Trois compositions de l’artiste s’ajoutent aussi au répertoire d’Offenbach qui compose 22 Câline de blues.

Accompagné de ses musiciens, Mario Saint-Amand se consacre pour l’instant à son spectacle avec lequel il admet avoir un fun noir. Sur la route depuis déjà 2013, il poursuit sa tournée encore en plein ­essor. Il sera en spectacle au Centre des arts Juliette-Lassonde le 20 février à 20 h 30.

image