2 juillet 2020
Hockey collégial
Martin Russell s’amène à la barre des Lauréats
Par: Maxime Prévost Durand

Le Cégep de Saint-Hyacinthe a confirmé l’embauche de Martin Russell à titre de nouvel entraîneur-chef de l’équipe de hockey des Lauréats. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’expérimenté entraîneur Martin Russell, qui a été intronisé au Temple de la renommée de la ligue de hockey midget AAA en 2019, s’amène à la barre des Lauréats du Cégep de Saint-Hyacinthe. L’équipe en a fait l’annonce le 23 juin, quelques semaines après s’être séparée de son entraîneur-chef des cinq dernières années, Louis-Philippe Blanchet.

Publicité
Activer le son

Après 13 saisons dans la ligue midget AAA avec les Riverains du Collège Charles-Lemoyne et cinq autres campagnes dans la ligue collégiale féminine du RSEQ avec les Lynx du Cégep Édoaurd-Montpetit, Martin Russell était à la recherche d’un nouveau défi. Son arrivée avec les Lauréats lui permettra de renouer avec le hockey masculin de haut niveau.

« J’avais hâte de revenir coacher un bon calibre de hockey comme ça », a-t-il lancé d’entrée de jeu dans un entretien téléphonique avec LE COURRIER.

Au fil de sa carrière, Martin Russell a soulevé à deux reprises la Coupe Jimmy Ferrari avec les Riverains. Il compte aussi quatre championnats de division et des records de la ligue midget AAA, dont ceux pour le plus grand nombre de victoires chez les entraîneurs et le plus grand nombre de saisons et de matchs dirigés.

Il avait, l’an dernier, concentré ses énergies sur l’équipe benjamin D1 du Collège Charles-Lemoyne, où il est enseignant pour la concentration hockey, après cinq saisons avec l’équipe féminine des Lynx à Longueuil. Mais il n’attendait qu’une opportunité comme celle proposée par les Lauréats pour la saisir.

« Ça aurait pu être avec une équipe midget espoir, bantam AAA ou même midget AAA, mais le collégial, c’est encore mieux. Plusieurs joueurs ont joué dans le midget AAA, ils sont plus vieux et plus matures », a soutenu Russell.

Résident de Boucherville, l’entraîneur a mené sa carrière principalement avec des formations de Longueuil, mais Saint-Hyacinthe est un territoire qu’il connaît assez bien également. Son fils, Samuel, a notamment porté les couleurs des Gaulois de Saint-Hyacinthe midget AAA lors de la saison 2017-18. Il a même évolué avec les Lauréats la saison suivante, mais son expérience a été de courte durée alors qu’il n’a joué qu’une douzaine de matchs. L’attaquant de 18 ans a fait le saut aux États-Unis l’an dernier et prendra la direction de l’Ontario la saison prochaine.

Pour sa part, Martin Russell avait travaillé avec l’ex-entraîneur des Lauréats, Louis-Philippe Blanchet, par le passé. Blanchet avait été son assistant avec les Riverains pendant deux saisons, puis il était venu lui donner un coup de main comme spécialiste de la défensive avec les Lynx. Le nouveau meneur des Lauréats a toutefois indiqué n’avoir eu aucune discussion avec son ancien collègue depuis que ce dernier a quitté l’organisation maskoutaine.

Un contexte particulier, un homme motivé

Son arrivée avec les Lauréats survient dans le contexte bien particulier qu’est celui de la pandémie de COVID-19. Cela ne l’empêche pas pour autant d’être motivé au possible par son nouveau rôle, même après toutes ces années passées dans le monde du hockey.

Même si les détails entourant le camp d’entraînement et la prochaine saison n’ont pas été dévoilés encore par le RSEQ, Martin Russell se « prépare comme une saison normale ».

« Le gros du travail en ce moment, c’est de parler avec les joueurs », a-t-il mentionné. Il devra également s’entourer, dans les prochaines semaines, de nouveaux assistants pour l’aider à préparer la saison.

Comme c’est souvent le cas avec l’arrivée d’un nouvel entraîneur-chef, les joueurs auront une chance de se faire valoir avec un regard nouveau. « Mais ce sera en étant respectueux de ce qu’ils ont accompli avant aussi », a assuré Russell.

L’homme de hockey se décrit comme un entraîneur reconnu pour sa rigueur et son intensité. « J’aime que les gens soient dédiés à la tâche, qu’il n’y ait pas de laisser-aller. C’est un peu la philosophie que j’amène. »

Sur le plan hockey, il prône la responsabilité défensive des joueurs, mais également une pression constante sur l’adversaire avec un échec avant intense et du tracking.

Du côté du Cégep de Saint-Hyacinthe, on s’est réjoui de sa venue au sein de la grande famille des Lauréats. « Martin apportera une nouvelle dimension à notre équipe de hockey. Sa feuille de route est impressionnante et sa nomination augmentera la crédibilité et la notoriété de notre programme déjà bien établi. […] C’est un entraîneur passionné et il ne fait aucun doute dans notre esprit qu’il est le candidat idéal pour diriger les Lauréats », a souligné le responsable des sports, Mathieu Gauthier-Brancoli.

image