29 mars 2018
Mat Vezio : l’espoir dans la mélancolie
Par: Maxime Prévost Durand
Mat Vezio fera plonger le Zaricot dans le « deep folk » avec son spectacle le 31 mars.

Mat Vezio fera plonger le Zaricot dans le « deep folk » avec son spectacle le 31 mars.

Il y a un an, Mat Vezio lançait son premier album, Avant la mort des fleurs cueillies, où la mélancolie et l’espoir s’entrechoquent dans ce qu’il décrit comme du « deep folk ». Pour la première fois, il passait ainsi à l’avant de la scène après avoir été le batteur de nombreux artistes au fil des années.

Publicité
Activer le son

Le chanteur a foulé les planches du Zaricot à quelques occasions au cours de sa carrière, que ce soit comme musicien lors de spectacles de Dany Placard, Francis Faubert et Louis-Philippe Gingras notamment, ou encore avec son ancien groupe Mille Monarques. Samedi soir, c’est son projet solo qu’il viendra défendre.

« J’ai voulu faire un album pour parler au plus grand nombre de personnes possible, dit-il en entrevue. C’est du “deep folk” mélancolique, mais avec une dose d’espoir. Quand on s’attarde aux textes, on rentre plus dans l’émotion et la mélancolie. Je n’aborde pas toujours des thèmes faciles, mais le but reste d’être un peu lumineux à la fin. »

Pour l’occasion, il sera accompagné d’un trio fort intéressant sur scène. On retrouvera Antoine Corriveau, qui a signé la réalisation de l’album, ainsi qu’un chœur féminin formé d’Amylie et de la Maskoutaine Sarah Bourdon.

Les voix féminines font d’ailleurs partie intégrante de l’album Avant la mort des fleurs cueillies. Pour cet aspect, Mat dit avoir été influencé, entre autres, par la musique du chanteur canadien Bahamas. « Je l’avais vu au Lion d’Or, à Montréal, alors que je travaillais au vestiaire. Il était seulement accompagné par un drummer et deux choristes. Ça m’a vraiment inspiré pour l’album la façon dont il utilisait les voix. »

Même s’il prend les devants de la scène, Mat Vezio ne renie pas pour autant son identité de batteur. Dans le cadre de son spectacle, il jouera à l’homme-orchestre en s’occupant de la section rythmique, muni d’un kick drum et d’un snare drum, en plus d’avoir en main sa guitare.

Son passage au Zaricot sera sans doute l’un des derniers spectacles qu’il offrira avant la parution d’un second album, sur lequel il se concentre depuis plusieurs semaines déjà. Quelques nouvelles chansons, qui sont pour l’instant à l’état guitare-voix, seront d’ailleurs présentées samedi.

image