14 mars 2019
Conférence du maire Claude Corbeil
Mauvais Maskoutains
Par: Martin Bourassa

Le passage attendu du maire Claude Corbeil devant le parterre de la Chambre de commerce de Saint-Hyacinthe a pris une forme assez particulière cette année.

publicité

Plutôt que de faire le bilan des bons coups de son administration et de présenter ses grands dossiers pour la prochaine année, il a eu la mauvaise idée de jouer au grand motivateur pour convertir les mauvais ambassadeurs qui nuisent à sa ville.

C’est à une heure de positivisme et d’infopublicité sur le bonheur de vivre à Saint-Hyacinthe et d’y travailler qu’il s’est livré devant un auditoire un peu dubitatif devant cette opération charme de relations publiques. À écouter le maire parler, les nouveaux Maskoutains, qu’ils soient issus de l’immigration internationale ou provinciale, sont les meilleurs ambassadeurs de notre ville, ceux qui en parlent avec le plus de fierté et d’enthousiasme. Ces deux valeurs se sont malheureusement perdues dans le discours des plus anciens et c’est bien dommage à ses yeux.

Il faut donc impérativement changer le discours ambiant et se concentrer sur le beau, sur ce qui nous distingue collectivement. Adopter un regard positif, changer les mauvaises perceptions, nous laisser inspirer par la vision et le dynamisme des élus, se tenir à bonne distance des gens négatifs par rapport aux changements, placer des lunettes roses sur le bout de son nez et devenir de fiers ambassadeurs de Saint-Hyacinthe, a-t-il claironné en substance, en invitant les gens d’affaires à dire publiquement qu’ils endossent les décisions de la Ville de Saint-Hyacinthe, comme la revitalisation de la promenade Gérard-Côté avec ses immeubles de huit étages. Et le message a passé. On a rapidement reçu une lettre spontannée de la SDC centre-ville.

Claude Corbeil n’a pas été jusqu’à le dire aussi clairement, mais son discours sonnait ainsi : tous ceux qui critiquent l’administration municipale, qui remettent en question ses décisions, qui ne louangent pas spontanément ses initiatives, qui s’attardent aux petits détails, qui posent des questions, qui réclament plus de transparence et de véritables consultations ou qui s’interrogent sur la vision des élus ne sont pas de bons ambassadeurs. Dit autrement, ils seraient de mauvais Maskoutains. J’ai bien peur d’être à ses yeux le plus infâme ambassadeur au monde. Et si on suit cette logique, les dizaines et dizaines de Maskoutains qui se sont présentés à l’assemblée de consultation (!) du 17 décembre à l’hôtel de ville sont aussi mauvais que moi.

On devine que la doctrine qui habite notre maire gourou est la suivante : parlez en bien de Saint-Hyacinthe ou n’en parlez pas pantoute. Nous sommes les élus du peuple et nous savons ce qui est bon pour vous, alors ne rouspétez surtout pas et laissez-vous guider. En cas de désaccord fondamental, la démocratie est bien entendu libre de s’exprimer, mais une fois tous les quatre ans. Je résume grossièrement, mais j’exagère à peine. En mauvais ambassadeur que je suis, je n’ai pas attendu le dessert…

image