5 février 2015
Récolte record de 18 110 $
Méchant mardi : gentil conférencier!
Par: Le Courrier
Le dévoilement du résultat a réuni le comité organisateur auquel se sont ajoutés quelques invités-surprises, dont le joueur des Alouettes de Montréal Luc Brodeur-Jourdain, le conférencier Félix-Antoine Brodeur, et le chef Louis-François Marcotte. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le dévoilement du résultat a réuni le comité organisateur auquel se sont ajoutés quelques invités-surprises, dont le joueur des Alouettes de Montréal Luc Brodeur-Jourdain, le conférencier Félix-Antoine Brodeur, et le chef Louis-François Marcotte. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Un quatuor de choc réuni pour la sixième édition du Mardi de gars : Luc Brodeur-Jourdain, Félix-Antoine Brodeur, Martin Bourassa et l’homme le plus fort au monde dans la catégorie Maître en 2013, le colosse Mike Saunders. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Un quatuor de choc réuni pour la sixième édition du Mardi de gars : Luc Brodeur-Jourdain, Félix-Antoine Brodeur, Martin Bourassa et l’homme le plus fort au monde dans la catégorie Maître en 2013, le colosse Mike Saunders. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Tenue mardi soir à la Cage aux sports de Saint-Hyacinthe, la sixième édition du Méchant mardi de gars a été couronnée de succès.

Publicité
Activer le son

Une salle comble pour une sixième année consécutive a permis de verser la coquette somme de 18 110 $ à la Société canadienne du cancer. Il s’agit d’un record absolu au niveau des recettes tirées de cette activité-bénéfice.

« C’est encore une fois inespéré et même au-delà de nos attentes, a commenté Pascal Milotte, président de la section locale de la Société canadienne du cancer. Nous doutons chaque année de notre réussite et de la participation massive des gars de Saint-Hyacinthe, mais leur réponse encore cette année est éloquente. La formule semble plaire à l’ensemble des participants et c’est tant mieux. »

Il a rappelé que le succès de cette activité reposait sur l’implication de quelques personnes clés, dont les efforts du comité organisateur qu’il forme en compagnie de Benoit Chartier, Yvon Pinsonneault, Philippe Dumaine et Martin Bourassa, qui assume également la présidence d’honneur de cette activité inspirée des Mardis de filles.

M. Bourassa a d’ailleurs indiqué que c’est en réponse à un défi lancé par Ginette Comtois à la suite de l’attribution d’une rose de la semaine au comité organisateur du Mardi de filles qu’il avait accepté de s’engager dans la version masculine de l’activité.

« Je m’étais étonné dans le journal qu’il n’y ait pas de pendant masculin au Mardi de filles et Mme Comtois m’avait pris au mot. Six ans plus tard, je peux dire que son défi a été relevé haut la main. Je remercie d’ailleurs Mme Comtois pour son initiative et pour le support qu’elle nous a donné au cours des dernières années. Même si elle profite d’une retraite bien méritée, elle a même tenu à être à l’accueil cette année! »

Le comité organisateur du Mardi de gars peut maintenant compter sur la complicité d’Alexandre Voghel pour orchestrer l’activité et sur la généreuse implication de Mélanie Charron, gérante de la Cage aux sports maskoutaine.

Un héros touchant

Fidèle à son habitude, l’activité a permis à un combattant de raconter son expérience avec le cancer. Celui de cette année était âgé de 16 ans seulement. Félix-Antoine Brodeur, étudiant au programme d’éducation internationale de l’École secondaire Saint-Joseph, était âgé de 13 ans quand le cancer s’est pointé dans sa vie au détour d’une visite de routine chez le pédiatre. Une inflammation des ganglions cachait en fait un lymphome de Hodgkin de stade 4. Ce fut le début d’une intense bataille ponctuée de trois mois de traitements et de chimiothérapie.

Félix-Antoine a surmonté cette épreuve avec le support de sa famille et il n’en garde plus qu’un mauvais souvenir. Pas trop nerveux, il sait cependant que la vie est fragile et que la rémission, même si elle pointe à l’horizon, ne pourra pas être confirmée avant encore deux longues années. Cela ne l’empêche pas de profiter de la vie à pleines dents et de faire des projets d’avenir. Il se voit déjà à la tête de sa propre entreprise, mais il vise avant toute chose à être heureux tout simplement… et en santé!

image