5 avril 2018
carte blanche
Méga-géant
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

C’est officiel. Malgré l’opposition, Monsanto, le géant de la semence, et Bayer, le géant de la pilule, ne formeront plus qu’un seul méga-géant de l’agriculture industrielle dont on trouvera l’empreinte sur à peu près tout ce qui touche à notre bouche. Tsé l’expression, choisir entre la peste et le choléra, pour le dilemme qu’on ressent à choisir entre deux très mauvaises solutions. Ben ici, la bonne nouvelle, c’est qu’on n’aura pas à choisir, on aura la peste ET le choléra. 

Réjouissons-nous, avec Bayer/ Monsanto, on fabriquera la pilule dans le même laboratoire que la maladie. Et imaginez les croisements que l’on pourra faire, par exemple, l’aspirine au RoundUp. Le soir, vous prenez une aspirine avec un verre d’eau et le matin vous urinez sur votre gazon et vous tuez les mauvaises herbes! 

Je blague parce que ce n’est pas drôle. Ni surprenant. C’était écrit dans le ciel depuis que les autres géants de l’agrochimie, comme Dow et Dupont ou Chemchina et Syngenta, ont fusionné comme autant de gigantesques planètes qui vont peser de tout leur poids sur le destin de l’agriculture. Surtout biologique. C’est pourtant cette même agriculture biologique qui est la voie de l’avenir, comme l’a souligné récemment un comité d’experts de l’ONU, et qui serait la seule capable de nourrir le monde sans mettre en danger l’écosystème dans lequel nous vivons. Et c’est bien la dernière chose que les grandes corporations veulent. Que les gens puissent se passer d’eux. 

À l’ère du big data, les nouveaux géants de l’agrochimie nous donnent une impression de progrès, mais ils ne sont que la voie du passé. Un passé où l’on avait tristement à choisir entre la peste et le choléra alors que la véritable solution était simplement sous nos yeux : changer notre mode de vie et nos habitudes.

image