22 décembre 2016
Mes vieux!
Par: Martin Bourassa

La venue prochaine du promoteur Réseau Sélection à Saint-Hyacinthe ne passera pas inaperçue si ses intentions, révélées en manchettes la semaine dernière, se confirment.

publicité

Vous savez maintenant qu’il souhaite investir 60 M$ dans la réalisation d’une résidence de retraités de 260 logements. Cet investissement pourrait prendre la forme d’une tour de 15 étages à être construite en plein centre-ville, dans le stationnement Intact.

Bon, l’emplacement exact n’est pas encore coulé dans le béton, mais le centre-ville semble être son premier choix, sinon le seul, selon nos informations. Que faut-il penser de tout cela? À vue de nez, c’est assez ambitieux merci.

Mais le promoteur est très sérieux et il a les poches pleines. Il gère déjà des actifs de 1,4 milliard de dollars. Son réseau de 35 résidences compte 3000 employés et 8500 locataires. Il a donc le moyen de ses ambitions, même si elles apparaissent un peu démesurées pour le centre-ville et une ville comme Saint-Hyacinthe.

Pour le centre-ville d’abord, où lesgrands espaces vacants et les cases de stationnement se font rares. Quand on pense que depuis 10 ans, aucun projet immobilier n’a jamais réussi à lever de terre en face du Marché public, on se dit que Réseau Sélection doit y voir un potentiel qui nous échappe, lui qui s’adresse en général à une clientèle de retraités plus fortunés avec un produit assez haut de gamme.

Mais sur ce point, on imagine qu’il a fait ses devoirs et qu’il sait où il débarque. Vrai également que la population de Saint-Hyacinthe est vieillissante. Les données démographiques à court, à moyen et à long terme incitent davantage les promoteurs à investir leurs billes dans des projets de résidences pour retraités que dans des garderies.

Mais le marché maskoutain semble déjà bien garni en matière de résidence pour personnes âgées autonomes et même semi-autonomes. L’offre est abondante et d’autres promoteurs ont aussi des projets dans leurs cartons. Pensons évidemment au Groupe Robin avec la phase 27 (ou est-ce 47?) de l’Eau-vive et son désir de développer le créneau du marché des CHSLD privés dans un proche avenir.

Malgré certaines réserves, on comprend cependant l’excitation des autorités municipales, vu l’ampleur de l’investissement privé qui lui pend au bout du nez. La venue d’une résidence majeure au centre-ville permettrait également d’apporter un peu d’air frais et de nouveaux consommateurs, tout en densifiant le territoire. Avec les coups durs annoncés au centre-ville avec les départs prochains de plusieurs bureaux d’affaires, dont celui de Sylvestre & associés et de la Fédération des caisses populaires Desjardins, le centre-ville a tout intérêt à faciliter la venue d’un gros joueur.

Cela dit, il ne faut pas que ce soit à n’importe quel prix et que cela se fasse à ses dépens. Il faudra impliquer tous les acteurs du centre-ville dans le coup, si jamais le projet devenait plus concret. Il faudra qu’il fite dans le décor et non qu’il jure et qu’on trouve surtout la façon de limiter tous les désagréments reliés à une éventuelle construction.

image