22 décembre 2016
Message de Noël
Par: Le Courrier
publicité

Vous aimez les généalogies? L’Évangile de saint Matthieu que nous méditons cette année fera votre bonheur. Il commence par une longue généalogie de Jésus. 

Ce qui est spécial dans cette généalogie, c’est qu’on y trouve le nom de quatre femmes, Thamar, Rahab, Ruth et Bethsabée, la femme d’Urie. (Mt 1, 3-6) Mais on peut se poser la question : pourquoi les femmes mentionnées ne sont pas les plus connues? Pourquoi les noms de Sarah ou Rébecca ne sont pas mentionnées? 

Le fait que l’on parle de l’épouse d’Urie, plutôt que de mentionner directement Bethsabée, peut nous donner une piste. Thamar était araméenne, Rahab, une cananéenne et Ruth, une moabite. Bethsabée, par contre, était une israëlite devenue non-israëlite à cause de son mariage avec Urie, le hittite. Ce qui explique qu’elle n’est pas mentionnée par son propre nom. 

Saint Matthieu, en insérant ces quatre noms de femmes dans sa généalogie, a voulu nous faire découvrir quelque chose d’important, mais quoi? Il veut nous ouvrir à une vision universaliste, une vision qui inclut les étrangères, les étrangers. 

Jésus naît pour nous faire découvrir l’importance de l’inclusion dans une société où le jeu de la compétitivité et la loi du plus fort produisent ce que notre pape François appelle « une culture du déchet ». (Evangelii Gaudium, no. 53) 

À Noël, Jésus naît dans la plus grande pauvreté pour rassembler une humanité dispersée. Dans chacune de nos familles, il y a aussi les plus fragiles, ceux et celles qu’on tend à oublier. Puisse cette fête de Noël 2016 être une fête d’inclusion, une fête qui nous pousse vers ceux et celles que nous serions portés à mettre de côté. 

Saint Thomas d’Aquin, un grand théologien, a écrit : « Qu’il convient davantage à la charité d’aimer que d’être aimé ». Que cet amour soit au rendez-vous des fêtes qui approchent! 

Joyeux Noël, Bonne et heureuse année 2017!

image