5 septembre 2013
Métairie : la SDC exige un moratoire
Par: Jennifer Blanchette
La présidente de la SDC, Manon Robert, soutient que les organismes culturels devraient être relocalisés au centre-ville plutôt qu'à La Métairie.

La présidente de la SDC, Manon Robert, soutient que les organismes culturels devraient être relocalisés au centre-ville plutôt qu'à La Métairie.

La Société de développement commercial (SDC) du centre-ville réclame un moratoire à propos du projet de relocalisation des organismes culturels sur le terrain de La Métairie.

Présente lors du conseil municipal de mardi dernier, la présidente de la SDC, Manon Robert, a demandé que le dossier soit mis sur la glace, du moins jusqu’aux élections à venir en novembre.

« Nous demandons une résolution afin de suspendre le projet, surtout si ces millions de dollars peuvent être investis plus judicieusement. Ceci est notre appel du coeur, car le fait de regrouper les organismes à La Métairie va à l’encontre des efforts déployés pour créer un centre-ville stimulant », a-t-elle exprimé devant une salle comble. La conseillère du district centre-ville, Sylvie Adam, a fait écho à la présidente en réitérant son appui à la demande de la SDC devant l’assemblée. Le débat n’a pas tardé à enflammer le conseiller de La Providence Bernard Barré. « Nous sommes collés sur le centre-ville. La Métairie, c’est pas non plus la Sibérie! », a-t-il tempêté. La requête fut toutefois rapidement rejetée par le maire Claude Bernier, celui-ci indiquant que « les élus maintiendront l’orientation prise par le conseil par rapport au dossier de La Métairie », à savoir que les organismes éliront domicile sur la rue Saint-Pierre Ouest. Selon Simon Cusson, directeur général de la SDC, un investissement de près de 10 M$ pour transformer le couvent en pavillon culturel n’est pas justifié puisque le centre-ville dispose d’espaces pouvant accueillir les organismes, et ce, à moindre coût. Entre autres, le 1305, rue des Cascades, anciennement connu sous le nom de la Maison du Bingo, répondrait aux exigences de transfert en plus d’offrir une location avantageuse. « Si les industries vont dans le parc industriel, alors la culture doit rester au centre-ville. C’est essentiel si l’on veut assurer sa survie et le dynamiser », a confié le directeur général, en entrevue au COURRIER.Il a ajouté qu’au départ, les organismes devaient quitter le centre culturel pour trouver refuge dans une tour annexée au Centre des arts Juliette-Lassonde. Divers facteurs ont toutefois redirigé le projet vers le couvent de La Métairie, ce que déplore la SDC. Depuis un peu plus d’une semaine, la SDC fait circuler une pétition exigeant la relocalisation des organismes culturels au centre-ville. Elle recherche l’appui de la population afin « d’économiser des millions de dollars en fonds publics » et « regrouper tous les organismes au centre-ville pour le bénéfice de tous les Maskoutains ». « Il faut que les gens soient davantage conscientisés sur cet enjeu, car jusqu’à maintenant, beaucoup m’ont avoué ne pas être assez informés des développements de ce dossier », soutient M. Cusson. Ayant déjà récolté plus d’une centaine de signatures, cette pétition servira également de fer de lance à la SDC lors du prochain conseil municipal. L’administration de la société entend bien faire le dépôt de son document devant les élus le 16 septembre. « Si la population croit qu’il existe une avenue moins dispendieuse, le conseil a l’obligation d’y réfléchir », a conclu le directeur général.

image