16 juillet 2015
Théâtre de la Dame de Coeur
Métaphores et poésie pour parler de l’autisme
Par: Sarah Daoust Braun
La pièce Le plieur d’avions est présentée au Théâtre de la Dame de Coeur jusqu’au 29 août du mercredi au dimanche. Théâtre de la Dame de Coeur

La pièce Le plieur d’avions est présentée au Théâtre de la Dame de Coeur jusqu’au 29 août du mercredi au dimanche. Théâtre de la Dame de Coeur

La marionnette géante Chiffonne fait plus de 25 pieds de hauteur. Théâtre de la Dame de Coeur

La marionnette géante Chiffonne fait plus de 25 pieds de hauteur. Théâtre de la Dame de Coeur

La pièce couronnée de succès

Publicité
Activer le son

La pièce met en scène le personnage de Ted, un jeune garçon autiste qui excelle dans l’art de plier des avions. Dans un décor rappelant un tarmac, il est entouré de ses parents, qui l’observent du haut de leur tour de contrôle, de la marionnette Chiffonne qui s’irrite facilement et de son ami le clown qui communique sans parler. Il y a aussi Will, le robot lunaire sur roues qui ne comprend pas pourquoi Ted ne l’amène pas avec lui sur la Lune.

« On présente les deux réalités, celle de l’enfant autiste et celle des parents », explique le directeur général et artistique du Théâtre de la Dame de Coeur et metteur en scène de la pièce, Richard Blackburn. Pour comprendre cet univers parfois difficile à déchiffrer, ce dernier a rencontré des parents, discuté avec des éducateurs et visité une classe d’enfants. « La voie royale pour cheminer avec les enfants autistes est le lâcher-prise », indique-t-il en précisant que cet aspect sera abordé dans le spectacle.

Plus particulièrement, Le plieur d’avions mettra de l’avant cinq traits de caractère fréquents chez les enfants atteints de ce trouble envahissant du développement, comme la tendance à placer les jouets en ordre de grandeur. « Ce sont de petites choses mystérieuses qu’on peut traduire de manière métaphorique », souligne le metteur en scène. Par exemple, le personnage du clown, inspiré du psychologue américain Howard Buten qui oeuvre auprès des enfants autistes, transforme positivement tout ce que Ted vit. Si celui-ci déchire ses avions de papier, le clown fera de ses retailles une marionnette. « Souvent, on met en valeur le côté ténébreux de l’autisme. De notre côté, on tente de sensibiliser tout en couleurs le public familial, de montrer la réalité », signale Richard Blackburn.

Un travail de longue haleine

La création de la pièce Le plieur d’avions a nécessité deux ans de travail. D’abord, une équipe de scénarisation a rédigé un scène-à-scène qui détaille les principaux enjeux, les arches dramatiques de l’histoire. Ensuite, le scène-à-scène a été simulé sur une maquette où tous les éléments de la mise en scène, en format rétréci, ont été filmés en stop-motion. « C’est un processus très long. Le maquettage nous permet d’établir le volume, les dimensions, la logistique de la pièce. C’est un travail important pour déterminer si tout tient la route visuellement », fait savoir M. Blackburn.

Au moment de créer les marionnettes, dont une de plus de 25 pieds de hauteur, et les différents effets aériens du spectacle, l’équipe a pu compter sur l’aide de deux finissants en génie mécanique de l’Université de Sherbrooke.

L’auteure Marilyn Perreault a par la suite donné vie aux personnages en écrivant les dialogues de la pièce. « C’est un beau défi pour elle puisque les deux personnages principaux ne parlent pratiquement pas. Cela laisse place à plusieurs moments musicaux », ajoute le directeur artistique qui travaille présentement sur la prochaine production du Théâtre de la Dame de Coeur. Le théâtre fêtera ses 40 ans l’année prochaine.

Le plieur d’avions est présenté au Théâtre de la Dame de Coeur jusqu’au 29 août du mercredi au dimanche. Les représentations débuteront à 20 h 45 en juillet et à 20 h 15 en août.

image