22 avril 2021
Michel Louvain : souvenirs d’entrevues
Par: Olivier Dénommée

Il y a de ces entrevues qui marquent plus que les autres au cours d’une carrière de journaliste. La dernière réalisée avec le regretté Michel Louvain, en septembre 2019, en fait partie.

Publicité
Activer le son

On lui a parlé une première fois en novembre 2017, en prévision d’un spectacle au Centre des arts Juliette-Lassonde. Sympathique et doté d’un excellent sens de l’humour, il ne cachait pas sa joie d’avoir reçu récemment un hommage au gala de l’ADISQ, après avoir été « boudé » par l’industrie qui le qualifiait de « quétaine » pendant des dizaines d’années. Mais jamais Michel Louvain ne s’en était formalisé et il avait toujours autant de plaisir, après 60 ans de carrière, à monter sur scène pour son public chéri.

Mais c’est sa dernière entrevue avec lui, en septembre 2019, qui a le plus marqué la mémoire de l’auteur de ces lignes. Michel Louvain s’apprêtait à démarrer sa nouvelle tournée La belle vie qui l’amenait pour la toute première fois à chanter à l’église de Saint-Denis-sur-Richelieu. Étant pris avec un autre sujet dont l’entrevue s’était étirée, le journaliste a raté de peu l’appel du crooner à l’heure convenue. Mais malgré son horaire chargé, le chanteur a tout simplement rappelé une quinzaine de minutes plus tard et a pris le temps de s’assurer qu’il n’était rien arrivé de grave avant de réaliser l’entrevue.

En aucun moment, Michel Louvain n’a fait sentir que le temps qu’il accordait au COURRIER, un hebdomadaire régional, avait moins de valeur que les entrevues accordées aux grands médias nationaux. Au contraire, il a toujours été extrêmement généreux et authentique en entrevue avec nous. De son ultime entrevue avec LE COURRIER, on retient aussi son plaisir contagieux de monter sur scène, palpable à travers le combiné, même après plus de 60 ans à le faire. « Ce feeling-là, ça règle bien des bobos que les pilules ne peuvent pas régler », disait-il.

Et sans le savoir, il a aussi lancé une phrase qui a été énormément répétée depuis le début de la pandémie lorsqu’il a affirmé qu’il était « important de se réinventer ». Il avait aussi assuré qu’il continuerait de chanter jusqu’à ce que sa santé ne lui permette plus, une promesse qu’il a effectivement tenue. Michel Louvain était un grand artiste, mais c’était aussi un véritable gentleman comme il s’en fait peu.

image