25 juin 2015
États financiers 2014
Modeste surplus de 1,3 million $
Par: Benoît Lapierre
Modeste surplus de 1,3 million $

Modeste surplus de 1,3 million $

Michel Tardif, directeur des Finances  à la Ville de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Michel Tardif, directeur des Finances à la Ville de Saint-Hyacinthe. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, le directeur général, Louis Bilodeau et le directeur du service des Finances, Michel Tardif ont présenté les grandes lignes du rapport financier 2014. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, le directeur général, Louis Bilodeau et le directeur du service des Finances, Michel Tardif ont présenté les grandes lignes du rapport financier 2014. Photo François Larivière | Le Courrier ©

En novembre 2014, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, conservait l’espoir que la Ville puisse boucler son année financière avec un excédent de 1 879 000 $.

publicité

Le surplus s’avère finalement de 500 000 $ inférieur au chiffre qu’il avait avancé dans son dernier discours sur la situation financière de la Ville, constate-t-on dans le rapport financier 2014 qui a été déposé à la séance du conseil du 15 juin.

« Ce rapport présente des résultats positifs, avec un surplus s’établissant à 1 314 211 $. Ce surplus est deux fois moindre que ceux enregistrés au cours des trois exercices financiers précédents, ce qui n’a pas empêché la Ville de saisir certaines opportunités en cours d’exercice », a déclaré le maire Corbeil, lors d’un point de presse sur les états financiers.

Comme une part de 1 281 760 $ de l’excédent a déjà été affecté à des « commandes en cours », cela laissait un surplus libre d’à peine 32 451 $ au terme de l’exercice. Ce montant a été ajouté au surplus libre de 991 741 $ de l’année 2013 et à un montant de 237 200 $ provenant de trois réserves annulées. Les plus importantes concernaient le développement économique (123 274 $) et la reconversion du site Goodyear (100 000 $).

La Ville a ainsi dégagé une somme de 1 261 392 $ qui servira à augmenter la provision d’autoassurance de 850 000 $ à 900 000 $, à ajouter 1 million $ au fonds de roulement et à créer une réserve de 211 392 $ en prévision des travaux de modification du déversoir Larocque.

Horodateurs et biométhanisation

Le surplus réalisé à la fin de 2013 s’était chiffré à 2,2 millions $, et celui de 2012, à 2,6 millions $. Le résultat pour 2014 se serait approché des précédents si deux prévisions optimistes s’étaient concrétisées parmi les revenus anticipés.

D’une part, la Ville a dû composer avec un manque à gagner de 455 800 $ par rapport aux revenus qu’elle croyait réaliser en 2014 grâce à l’implantation des horodateurs pour le contrôle du stationnement sur rue. « La mise en application a été plus difficile que prévu, ce qui a occasionné des retards », a rappelé le directeur général de la Ville de Saint-Hyacinthe, Louis Bilodeau.

D’autre part, dans le projet de biométhanisation, la Ville avait prévu bénéficier de revenus additionnels de 500 000 $ grâce aux tarifs sur les intrants (matières organiques solides et liquides à traiter). Mais là aussi, divers retards dans l’échéancier de réalisation du projet l’ont empêchée d’atteindre ses objectifs.

Au chapitre des bonnes nouvelles, on note que les taxes foncières générales ont rapporté 850 000 $ de plus que prévu. De même, les revenus tirés des compteurs d’eau dans le secteur industriel ont excédé les prévisions de 791 300 $.

Du côté des dépenses, des économies importantes ont été réalisées par rapport au budget initial qui avait été alloué à l’administration générale (1 368 127 $ de dépenses en moins), l’hygiène du milieu (1 489 087 $) et l’aménagement et l’urbanisme (848 495 $).

En ce qui a trait à la dette à long terme, la portion supportée par l’ensemble des contribuables a diminué de 2,2 millions $ au cours de l’année 2014, passant de 30 037 878 $ à 27 829 028 $. En ajoutant la somme des emprunts contractés pour des projets pouvant être financés par des revenus d’appoint, on obtient une dette à l’ensemble de 37,1 millions $ au 31 décembre 2014, comparativement à 40,3 millions $ au 31 décembre 2013. La dette de Saint-Hyacinthe est complétée par la portion des emprunts qui est à la charge d’une partie seulement des contribuables pour des travaux d’amélioration locale, laquelle se chiffrait à 16,9 millions $ à la fin de 2014.

Le directeur du service des Finances, Michel Tardif, a signalé que la Ville arrivait à économiser des sommes importantes en frais de financement grâce à son fonds de roulement, qui atteint maintenant 17 millions $. Elle peut se prêter à elle-même l’argent qui y est stocké, sans payer d’intérêt. « Un fonds de roulement de 17 millions $, c’est exceptionnel, tant par rapport au budget total qu’en comparaison de ce qui se fait dans les autres villes », affirme Michel Tardif.

Toujours en 2014, la Ville a affecté 4 411 500 $ au projet du centre culturel Humania sans recourir au financement à long terme – cet équipement est maintenant entièrement payé -, a consacré 1 595 000 $ au projet du Centre communautaire Saint-Joseph et a affecté une somme de 1 595 000 $ au projet du futur centre des congrès.

image