6 juin 2013
Moments de réjouissance au Collège Antoine-Girouard
Par: Le Courrier
La première du film « Un Réveil Mordant », du jeune cinéaste maskoutain et étudiant du CAG Christopher Leduc, a été présentée au Collège Antoine-Girouard le 7 mai.

La première du film « Un Réveil Mordant », du jeune cinéaste maskoutain et étudiant du CAG Christopher Leduc, a été présentée au Collège Antoine-Girouard le 7 mai.

Les derniers moments des 202 ans d’existence du Collège Antoine-Girouard n’auront pas été que larmes et tristesse.

Le mardi 7 mai avait lieu à l’auditorium du Collège, la première du film « Un Réveil Mordant », fruit de plus de deux ans et demi de travail du jeune cinéaste maskoutain et étudiant du CAG, Christopher Leduc. Christopher partageait son rêve d’enfance avec un collègue étudiant, Jacob de Carufel-Perron : ceux-ci ont écrit un scénario original, recruté des comédiens parmi leur amis du Collège, demandé à des amis musiciens de composer et d’interpréter une musique originale pour le film, procédé à plusieurs mois de tournage et à près d’une année de montage. Tout ce travail s’est fait en maintenant une cohésion entre près d’une centaine de personnes, cohésion absolument essentielle à la réussite du projet. Le résultat est tout à fait étonnant pour des jeunes de 15 et 16 ans qui en étaient tous à leur première expérience.Projection du film sur grand écran, ovations des plus de 200 spectateurs présents, présentation des acteurs principaux, présence de la télévision locale, interviews, signatures d’autographes, tout y était pour une soirée inoubliable.Il fallait voir briller dans les yeux de chacun, l’immense fierté et la satisfaction du devoir accompli qui s’en dégageait.J’aurais aimé voir cette même fierté dans les yeux de chacun des intervenants, (Séminaire, Oeuvre, Direction du CAG, Commission scolaire, différents syndicats) qui à cause de leur égoïsme et en se rejetant mutuellement la faute l’un sur l’autre, ont mené à cette catastrophe qu’est la fermeture de la vénérable institution qu’était le Collège Antoine-Girouard.Les dernières flammes n’ont pas encore fini de consumer le Collège que déjà une fleur commence à s’épanouir au milieu des décombres, montrant à tous qu’au-delà de la bêtise qui a mené à la destruction du Collège, la jeunesse maskoutaine nous sert une belle leçon de solidarité et nous promet un avenir combien meilleur.Deux fois Bravo!

André FournierSaint-Hyacinthe

image