30 août 2012
Conseil central de la Montérégie - CSN
« Ni le PLQ ni la CAQ ne s’avèrent une avenue constructive »
Par: Maxime Prévost Durand

Les partis de Jean Charest et François Legault n’ont pas la cote du côté des représentants du Conseil central de la Montérégie – CSN. Après analyse des programmes des principaux partis, ils ont conclu que ni les libéraux ni les caquistes ne représentent « une avenue constructive à emprunter pour les travailleurs ».

« Avec le gouvernement libéral de Jean Charest, nous avons assisté à des problèmes d’éthique et d’intégrité et nous avons subi des politiques qui vont à l’encontre de nos orientations », peut-on lire dans un communiqué envoyé par le Conseil central de la Montérégie – CSN.

« L’antisyndicalisme » du chef de la CAQ ne va pas non plus chercher beaucoup d’appui chez les travailleurs syndiqués de la CSN en Montérégie. « Si l’antisyndicalisme de François Legault semble donner le ton à sa vision des relations de travail et des droits des travailleurs, bien d’autres éléments du programme de la CAQ ont de quoi étonner et inquiéter », mentionne Pierre Harnois, vice-président du Conseil dans la région de Saint-Hyacinthe.S’il indique clairement quels partis vont à l’encontre de ses intérêts, le Conseil central de la Montérégie ne se range derrière aucun parti de façon explicite. Quelque 35 000 membres des secteurs privé et public sont représentés par le Conseil central de la Montérégie – CSN. Quelque 250 délégués du Conseil se sont réunis le 24 août pour procéder au bilan du gouvernement libéral et à l’analyse des programmes des principaux partis.

image