2 février 2012
Embauché par l'Impact de Montréal
Nicolas Gagnon gravit les échelons
Par: Maxime Desroches
Le Maskoutain Nicolas Gagnon est prêt à relever un nouveau défi avec l'équipe U-21 de l'Académie de l'Impact de Montréal.

Le Maskoutain Nicolas Gagnon est prêt à relever un nouveau défi avec l'équipe U-21 de l'Académie de l'Impact de Montréal.

Lors de son entrée en fonction à titre d’adjoint à l’entraîneur-cadre de l’Association régionale de soccer du Richelieu-Yamaska (ARSRY) à la fin de l’été 2011, le Maskoutain Nicolas Gagnon voyait sa nomination comme une autre étape dans son cheminement d’instructeur de soccer.

publicité

Le jeune homme de 25 ans entrevoyait avec optimisme cette nouvelle expérience. Sauf qu’un coup de fil de la part du directeur du développement de l’Impact de Montréal, peu avant les Fêtes, est venu changer la donne, seulement cinq mois après l’arrivée de Nicolas à l’ARSRY. On lui proposait de combiner les fonctions d’adjoint à l’entraîneur de la formation U-21, l’équipe de réserve du onze montréalais, et d’adjoint technique aux écoles de soccer de l’Impact. Une offre qu’il était hors de question de laisser passer, compte tenu de ses ambitions dans le sport qui le passionne depuis son plus jeune âge.

« Lors de mon passage à l’Association de soccer de la Rive-Sud, j’ai rencontré des gens qui m’ont permis d’entrer en contact avec l’Impact. Je m’en serais voulu de refuser une telle offre, même si je me plaisais dans mes fonctions à l’ARSRY. C’est un défi que je me sens prêt à relever », raconte-t-il.

De joueur à instructeur

Lui-même joueur dans les rangs AAA et dans le circuit universitaire québécois, Nicolas raconte avoir manifesté un intérêt marqué pour l’enseignement du soccer dès l’âge de 13 ans. Il a fait ses débuts en dirigeant quelques équipes locales à Saint-Hyacinthe, avant de s’attaquer au volet compétitif, avec l’Inter, et d’obtenir, à seulement 17 ans, son diplôme d’entraîneur provincial (DEP).

Depuis, plusieurs sélections régionales se sont ajoutées à son résumé d’entraîneur, dont la plupart furent le fruit d’une collaboration avec Otmane Ibrir, l’entraîneur-cadre de l’ARSRY, qu’il identifie comme l’individu ayant eu la plus grande influence sur son cheminement dans le soccer.« Je n’hésiterais pas à dire que c’est Otmane qui m’a le plus aidé dans mon apprentissage. Il est un tacticien incroyable, et à mon sens, il est l’une des meilleures têtes de soccer au pays. Je suis choyé d’avoir pu évoluer à ses côtés, et j’espère pouvoir répéter l’expérience un jour. » Un séjour de 14 mois au Brésil, « une référence mondiale en soccer à tous les niveaux », a également été un important facteur de motivation pour le diplômé au baccalauréat en kinésiologie, puisqu’il a été à même de s’inspirer des idées et des techniques de l’une des grandes nations du ballon rond.S’il passe plusieurs heures sur le terrain à former la relève de l’Impact, la planification d’ateliers en vue des écoles de soccer du club est aussi au nombre des tâches du Maskoutain. À cet égard, Nicolas souligne que l’Impact songe, tout comme l’an dernier, à faire un arrêt à Saint-Hyacinthe à l’été 2012.« L’expérience avait été positive l’an dernier. Je suis convaincu que l’ASSH voudra offrir à nouveau cette chance à ses jeunes joueurs. »

image