2 juin 2011
Réapprendre à vivre après le génocide
Nicole Pageau offre une deuxième vie aux veuves du Rwanda
Par: Le Courrier
Les membres du Club Rotary de Saint-Hyacinthe encerclent Rodrigue, le fils adoptif de « Maman Nicole » et Nicole Pageau (au centre de la bannière).

Les membres du Club Rotary de Saint-Hyacinthe encerclent Rodrigue, le fils adoptif de « Maman Nicole » et Nicole Pageau (au centre de la bannière).

Le Club Rotary de Saint-Hyacinthe a reçu récemment en conférence celle qu’on surnomme « Maman Pageau » au Rwanda. Cette Québécoise d’origine, émigrante albertaine et Rwandaise d’adoption, dirige le Centre César, près de Kigali.

Publicité
Activer le son

Accompagnée de son fils, elle s’est arrêtée à Saint-Hyacinthe pour partager son expérience et discuter de son projet. Nicole Pageau a reçu « l’appel du missionnaire » en 2004 à la suite du témoignage d’Esther Mujawayo, une survivante du génocide de 1994.

Elle instaure Ubuntu Edmonton, un organisme à but non lucratif et quitte en 2005 le Canada pour le Rwanda. Nicole Pageau fonde par la suite le Centre César, un endroit où les veuves peuvent venir travailler. De fil en aiguille, le centre grossit et offre maintenant un grand terrain, un centre communautaire, un atelier de couture, une garderie et une petite infirmerie.Un médecin visite l’endroit tous les jeudis et un massothérapeute aveugle pratique trois fois semaine. L’organisme parraine des écoliers du primaire et du secondaire et pour les 18-30 ans, des cours de mécanique automobile, d’électricité et d’informatique de base sont donnés.Le fils adoptif de Nicole Pageau a d’ailleurs réalisé un documentaire sur le Centre César. L’établissement ne bénéficie d’aucun financement de la part du gouvernement canadien et vit grâce aux dons. Le gouvernement rwandais reconnaît la valeur des cours donnés et a dernièrement accordé un chèque de 1 000 $ à l’organisme, une belle reconnaissance de la part d’un état pauvre.

Visite maskoutaine

Francine Leclerc, médecin à la retraite et Maskoutaine, a visité les installations il y a quelques semaines. « Ils n’ont rien, mais donnent le peu qu’ils ont avec générosité », affirme-t-elle. Mme Leclerc est entrée en contact avec Nicole Pageau quelques semaines avant son départ. Le Centre César l’a accueillie à bras ouverts.

Son aide fût précieuse, Francine Leclerc soignait les malades et visitait les veuves âgées ou sidéennes à leur domicile.Nicole Pageau est une habituée des clubs Rotary. Même qu’à Kigali, près du centre, il existe trois clubs. Ils ont d’ailleurs fait un don de 60 matelas au centre.Celui de Saint-Hyacinthe compte une dizaine de membres qui se réunissent hebdomadairement pour agir en fonction de l’intérêt public.Les gens intéressés à connaître davantage le centre, à s’y investir ou à y faire un don peuvent visiter le site Internet : www.ubuntuedmonton.org .

image