10 septembre 2020
Nissan Leaf Plus : la crise de l’impatience
Par: Marc Bouchard

Photo Nissan Canada

Plus j’y pense et plus je réalise qu’au fond, c’est l’impatience qui rend mes journées en véhicule électrique difficiles. Parce qu’en matière de confort, de commodités ou de conduite, les voitures comme la Nissan Leaf Plus ne sont pas si loin des autres.

Publicité
Activer le son

Impatience d’abord parce qu’il faut constamment attendre après la recharge. Oui, lorsqu’on arrive à la maison pour la nuit et qu’on se branche, il n’est pas nécessaire d’attendre au sens propre puisqu’on dort, de toute façon. Mais dans bien d’autres conditions, on ne peut en dire autant

Impatience aussi parce que, conduire une voiture électrique exige un peu plus de doigté. Attention, ce n’est pas obligatoire et on peut très bien traiter la Nissan Leaf Plus comme on le ferait avec une voiture à essence de taille similaire, mais cela se ressentira sur l’autonomie. Accélérations délicates, freinages en douceur, et une absolue rigueur en matière de respect des limites de vitesse vous mèneront plus loin que jamais.

Et impatience, enfin, parce que chaque long parcours doit être précédé, au minimum, d’une légère planification pour s’assurer de trouver sur sa route des bornes de recharge, idéalement les plus rapides possible. Heureusement, de ce point de vue, la quantité de bornes de recharge en service explose annuellement, rendant le choix plus facile de jour en jour.

Partir au volant de la Leaf

Une fois ce constat fait, il faut rendre justice à la Nissan Leaf Plus. Elle n’est certes pas la plus sportive des voitures compactes, mais on la réduit trop souvent à sa motorisation, sans tenir compte de sa conduite.

La petite Leaf est étonnamment confortable. Spacieuse, dotée de sièges qui permettent une randonnée avec un bon support; elle est loin de se classer dernière dans sa catégorie de ce point de vue. S’il est vrai que son levier de transmission est inutilement arrondi (il s’agit d’une rondelle et non d’un levier à proprement parler), le reste de la cabine est muni d’une ergonomie quasi sans reproche.

Les commandes sont simples à manipuler, les cadrans sont clairs, et on a accès, comme dans la totalité des voitures électriques, à un panneau complet d’information sur la consommation électrique et le trajet du courant. On vous suggère même quelques conseils (comme de stopper la climatisation) pour épargner quelques kilomètres à votre batterie.

À l’arrière, les sièges sont confortables, et l’espace correct. Non, on ne parle pas ici du grand confort, mais ils sont largement et suffisamment spacieux et sans compromis pour utiliser la Nissan Leaf Plus comme véhicule familial.

En matière de conduite, ici, le jury délibère toujours. S’il est vrai que les suspensions sont plutôt agréables et efficaces, la direction de son côté est un peu molle et surtout transmet fort peu d’information de son contact avec route. Pour une voiture urbaine, ce n’est pas un si vilain défaut, mais on se surprend à souhaiter davantage de précision.

Puis, il y a la e-pedal. En deux mots, c’est une fonction qui vous permet de n’utiliser que la pédale d’accélérateur pour contrôler le véhicule. Plus vous levez le pied rapidement de la pédale, plus la décélération est forte, et ne vous oblige littéralement jamais à toucher à la pédale de frein. Il faut s’y faire, je dois vous prévenir. Relâchez le tout trop rapidement et vous vous retrouverez tout aussi vite le visage profondément ancré dans le volant. Mais une fois la notion acquise, elle permet une conduite tout en douceur, moins exigeante sur la consommation. Et mieux encore, elle favorise un peu de dynamisme en route sinueuse, alors qu’il suffit de lever le pied un peu pour aborder les courbes avec aisance.

L’autonomie

On n’a pas le choix, l’autonomie est au cœur du choix d’une voiture électrique. Il faut donc préciser que la Nissan Leaf Plus a une capacité d’environ 350 kilomètres grâce à une batterie de 62 kWh. La recharge, sur une borne de niveau deux, prend environ 11,5 heures, et est capable de se recharger à 80 % sur une borne de recharge rapide de niveau 3 en une heure.

Son moteur développe 214 chevaux. Notons qu’en matière de sécurité, la Nissan Leaf Plus est dotée du bouclier de sécurité Nissan qui regroupe un ensemble de systèmes d’aide à la conduite, incluant le maintien en voie.

En bref, la Nissan Leaf a de bien belles qualités, c’est indéniable. Et son prix (entre 44 500 $ et 53 000 $ environ selon les versions) est tout à fait dans la norme. Son principal défaut, en fait, est le mien : je suis trop impatient pour l’apprécier vraiment!

image