27 février 2020
Le Courrier mélodique
Nos suggestions de la semaine
Par: Maxime Prévost Durand

Ásgeir - Bury the Moon

Matt Holubowski - Weird Ones

Les Deuxluxes - Lighter Fluid

Publicité
Activer le son

Ásgeir – Bury the Moon

Ásgeir a cette voix vibrante qui captive instantanément, avec un petit quelque chose d’envoûtant. Originaire de l’Islande, il donne plusieurs couleurs à son folk sur Bury the Moon, son plus récent album qui est également paru dans sa langue natale (Sátt). Quand ce n’est pas carrément acoustique (« Pictures » et « Eventide »), il ajoute un côté plus rock (« Lazy Giants »), puis plonge dans des ambiances plus planantes (« Breathe ») ou teintées de sonorités électroniques en douceur (« Rattled Snow »). Et, même si on n’y comprend rien, la version islandaise vaut elle aussi une écoute pour s’imprégner pleinement de l’univers de l’artiste.


Matt Holubowski – Weird Ones

Il faut assurément plus d’une écoute pour capter toutes les nuances de ce nouvel album de Matt Holubowski qui, de son propre aveu, « ne se digère pas nécessairement facilement ». Cela dit, on y retrouve sa voix, cette voix qui le distingue de tous les autres, qui berce et qui caresse les oreilles. Et c’est elle qui nous transporte tout au long des 12 pièces, à travers les arrangements qui démontrent que, même dans le folk, on peut faire différent et laisser parler sa marginalité. D’une pièce à l’autre, les variations sont subtiles aux premiers abords, jusqu’à ce qu’elles deviennent plus claires. Et c’est à ce moment qu’on peut se mettre à apprécier pleinement Weird Ones.


Les Deuxluxes – Lighter Fluid

Après nous avoir habitués à leur rock’n’roll mordant, Les Deuxluxes sont de retour avec un nouvel album, Lighter Fluid, plus éclectique que le précédent Springtime Devil. Tout en conservant sa signature, le duo formé d’Anna Frances Meyer et Étienne Barry ajoute une touche psychédélique par moment pour explorer d’autres facettes de cette large palette musicale. Il y a néanmoins de véritables bombes rock, dont la pièce titre et « No Way », qui ouvrent l’album et conservent l’esprit du live. D’autres sont parsemées d’envolées musicales surprenantes, comme c’est le cas sur « Smoking in Bed » et « For Myself », où même la flûte traversière s’invite le temps de quelques notes.

*Le groupe sera en spectacle au Zaricot le samedi 29 février.

image