24 mai 2012
Notre slogan
Par: Christian Vanasse

Quittons un bref instant la crise sôôôciale sans précédent que nous vivotons tous et le bord des nerfs que nous sommes à la veille de pogner, pour nous tourner vers l’essentiel, le crucial, le vital. Plongeons dans le fond fondamental.

publicité

Quittons un bref instant la crise sôôôciale sans précédent que nous vivotons tous et le bord des nerfs que nous sommes à la veille de pogner, pour nous tourner vers l’essentiel, le crucial, le vital. Plongeons dans le fond fondamental.

Le fabuleux slogan Saint-Hyacinthe-la-jolie-un-choix pour la vie n’en aurait plus pour très longtemps à vivre. Faut dire que comme accroche, c’était un peu tout croche. J’ai longtemps pensé, sans jamais l’avouer publiquement que cette phrase semblait sortie tout droit d’un concours amateur de fabricant de sauce tomate en canne avec des condiments dedans. Voilà, c’est dit. Sache, peuple maskoutain, que la formule qui présente notre vertueuse cité aux touristes de passage et autres étranges ce doit d’être une phrase avec du panache, une courte qui dit toute, comme je sais pas moi; « Boucherville, la Venise du Canada » (???), « À Mirabel, la vie est belle » (ouf) ou encore « Mascouche m’enchante » (plus tard devenu Mascouche-est-pleine suite aux frasques du maire toujours pas sortant). Bon. J’avoue, ce sont de mauvais exemples. Mais de parfaits exemples à ne pas suivre. Il nous faut une affaire avec du oumpf! comme disent les Vikings, une patente qui nous mettrait le menton fier d’être en l’air, qui dise au monde entier ce que nous sommes et que le matin en classe, les enfants chantent en coeur la main sur l’aorte. Une phrase qui mettrait tout de suite les choses au clair pour la visite. Et ce slogan pourrait être; « R’gardez pas le désorde, on n’a pas eu l’temps de faire le ménage. On s’excuse. » Peut-être un peu long. Disons simplement; « On s’excuse ». Oups, non attendez, ça c’était une suggestion pour la nouvelle devise du Québec. Mais pour Saint-Hyacinthe, les suggestions sont toujours ouvertes. Écrire au Courrier. Aucune offre raisonnable ne sera refusée. -30-

image