19 mars 2020
Entre les lignes
Nourrir la bête au quotidien
Par: Le Courrier

Depuis une semaine, c’est le premier ministre François Legault qui dicte le tempo et l’actualité du jour. Avant chaque conférence de presse quotidienne de sa part, on retient notre souffle dans l’espoir que les nouvelles seront bonnes.

publicité

Mais elles ne le sont pas beaucoup jusqu’à maintenant.

Cette crise a des effets multiples qui dépassent de loin le cadre de la santé. Elle ne se résume plus à une courbe statistique, à des nombres de cas ou des mesures de confinement. Elle a placé notre vie collective et individuelle en veilleuse, en plus d’ébranler tous les fondements de notre économie. Et qui sait combien de temps durera cette pause forcée et ce qu’il faudra encore accepter de faire pour y mettre fin. L’important sera de faire tout le nécessaire le temps qu’il faudra.

Dans cette période d’incertitude, LE COURRIER sera présent pour vous tenir informés de l’évolution de cette crise et de ses impacts locaux et régionaux.

Nous ne partirons pas à la chasse aux mauvaises nouvelles. Nous continuerons d’être le reflet fidèle de ce qui se passe dans notre communauté. On vous invite d’ailleurs à nous alimenter et à nous faire part de vos suggestions.

Comme au temps du verglas, il y aura sûrement de fabuleuses histoires à raconter au cours des prochaines semaines. Des histoires teintées de solidarité et de générosité.

Évidemment, il y aura ici et là des histoires plus tristes et décevantes à écrire et nous le ferons en temps et lieu. Mais nous n’en sommes pas là.

Pour l’heure, saluons plutôt ceux et celles qui s’activent pour notre bien dans le réseau de la santé, dans le système public et parapublic ainsi que dans le secteur privé. Dans les petits commerces, les épiceries… et chez notre propre employeur.

image