30 octobre 2014
Nourrir la hantise pour mieux faire des humains des névrosés
Par: Le Courrier
Publicité
Activer le son

Ce qui vient d’arriver à Saint-Jean-sur-Richelieu et à Ottawa est d’une tristesse incommensurable. Tous les médias ont passé en boucle les propos des uns et des autres alimentant le climat de terreur souhaité par ces groupes terroristes.

Sans minimiser ces actes répréhensibles, ce sur quoi je veux attirer notre attention, c’est sur notre égocentrisme. Des horreurs se passent quotidiennement sur d’autres continents. Des femmes sont violées, des enfants sont tenus d’aller combattre, des crimes inqualifiables sont commis quotidiennement, des populations doivent se déplacer lesquelles crèvent de faim, etc.

Que faisons-nous pour les aider réellement? Là où nos dirigeants y voient leurs intérêts, où ils peuvent assouvir leurs pulsions d’avidité, ils vont s’acoquiner avec des hommes d’état même si certains sont des tortionnaires.

Et à nous, ils s’assurent de maintenir l’endormissement avec des discours basés sur la peur afin que nous acceptions toutes ces mesures de guerre, sans discernement. En plus, ils vont se chercher du capital politique en jouant les rôles de protecteurs, de sauveurs.

Les situations sont complexes il va sans dire, mais ce n’est pas en mettant la panique en avant plan que l’on va construire un monde où la non-violence est loi.

Si au lieu de chercher à tirer profit de ce genre de situations, nous nous sentions réellement concernés par ce qui se passe aussi ailleurs, nous pourrions faire une différence.

Ce que nous acceptons aveuglément permet à nos leaders de mieux nous manipuler et de maintenir un climat planétaire qui va en se détériorant.

image