22 mars 2012
Cité de la biotech
Oscar et fierté
Par: Martin Bourassa

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas tellement du genre cocktail dinatoire et petites bouchées. Mais je me suis laissé tenter par la réception civique organisée à l’Hôtel de Ville de Saint-Hyacinthe pour souligner le prix de Parc technologique en émergence attribué à notre Cité de la biotechnologie.

Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas tellement du genre cocktail dinatoire et petites bouchées. Mais je me suis laissé tenter par la réception civique organisée à l’Hôtel de Ville de Saint-Hyacinthe pour souligner le prix de Parc technologique en émergence attribué à notre Cité de la biotechnologie.

Ce n’est pas tous les jours que Saint-Hyacinthe se distingue sur la scène internationale, alors autant en profiter quand ça passe. Personnellement, j’ai trouvé la petite réception bien modeste dans les circonstances. À peine 40 invités. Pour la plupart en lien direct avec la Cité de la biotechnologie et le CLD. Pour paraphraser Mario De Tilly, grand gourou de la Cité, il faudra apprendre à laisser notre modestie au vestiaire.De la modestie bien mal placée si vous voulez mon avis. L’Oscar du développement économique, pour reprendre l’image du maire Claude Bernier, est une remarquable carte de visite pour Saint-Hyacinthe. Il faut le crier sur tous les toits et s’assurer qu’il devienne la plaque tournante de toutes nos interventions au niveau économique.Cet honneur devrait servir de plateforme à une campagne publicitaire de grande envergure sur la scène locale, régionale, nationale et internationale. Il mérite à tout le moins d’être mis en vitrine sur le bord de l’autoroute Jean-Lesage. Il y a moyen de faire pas mal de chemin sur cet honneur, de rentabiliser ce prix au maximum.Si Saint-Hyacinthe a surfé et surfe encore sur un obscur sondage décrétant que Saint-Hyacinthe était à un certain moment donné considérée comme la ville où il fait bon vivre, elle doit maintenant réviser sa stratégie et ses lignes de vente.Cela dit, en voyant Mario De Tilly et le maire Bernier rire comme larrons en foire lors de la réception, je n’ai pu m’empêcher de penser qu’il y a moins de deux ans, le premier songeait à claquer la porte de la Cité, devant la décision de la Ville de ne pas permettre les espaces à bureaux à l’intérieur de celle-ci. Un choix vivement critiqué qui avait fait dire au directeur général du CLD et de la Cité que « Saint-Hyacinthe deviendrait la seule technopole au monde à se développer dans un centre d’achats! »Quelques mois plus tard, tout va pour le mieux dans la Cité en émergence.Et maintenant que l’émergence de la Cité est confirmée, il est temps de s’assurer qu’elle se développe et progresse rondement. Mario de Tilly estime que cela passe par un financement adéquat, ce qui aurait souvent manqué par le passé.De l’argent, c’est bien beau, mais encore faut-il savoir quoi faire avec. Avoir un plan de match précis, établir des cibles et des objectifs de développement.La Cité a-t-elle un plan triennal ou quinquennal? Je n’en ai aucune idée. Pas facile dans ces circonstances d’évaluer si les attentes sont ou seront rencontrées.Mais en attendant de connaître la suite, je souhaite que cet honneur attire l’attention des gouvernements supérieurs, des entreprises privées et des institutions de recherches. En tout cas, il risque de piquer la curiosité, ce qui est déjà ça de gagné.

image