17 mars 2016
Oser l’envol, le voyage intérieur de Myriam Hudon
Par: Le Courrier
Myriam Hudon lancera son premier roman Oser l’envol au restaurant Le Parvis le 25 mars.  Photo François Larivière | Le Courrier ©

Myriam Hudon lancera son premier roman Oser l’envol au restaurant Le Parvis le 25 mars. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Il aura fallu plusieurs tentatives pour que Myriam Hudon ose son envol. C’est uniquement lors de la troisième qu’elle a foncé et tout quitté pour partir en Asie durant un an. L’objectif de cette aventure? Apprendre à se connaître réellement. C’est ainsi que débute son voyage intérieur se déroulant à l’extérieur du Québec et loin de toutce qu’elle connait. L’auteure lancera son premier roman Oser l’envol au Parvis le 25 mars.

Publicité
Activer le son

« J’ai vendu ma maison et tout ce que je possédais et je suis partie. La seule chose que je savais, c’était que je partais pour Bali. En toute honnêteté, je ne savais même pas où exactement c’était situé géographiquement. Aucun itinéraire ni hébergement n’était prévu. J’avais mon billet d’avion et c’est tout », lance Myriam Hudon.

La femme à présent âgée de 63 ans ­souhaitait faire un travail de conscience. Le voyage lui a permis d’aller à la ­rencontre d’elle-même à travers la ­rencontre de personnes formidables qu’elle nomme messagers.

« Lorsqu’on voyage de cette façon, nous avons besoin des autres, d’avoir confiance en l’homme. Les autres sont un bon miroir quand on porte attention aux signaux qu’ils nous renvoient. On peut ­littéralement s’observer à travers les différences, les autres moeurs et cultures », précise-t-elle.

Durant cette année, l’auteure a visité l’Indonésie, la Thaïlande, l’Inde, le ­Cambodge, le Laos, ainsi que le Népal. Lors de son séjour en Inde, Mme Hudon a reçu l’enseignement du Deeksha en ­suivant un « Deepening course » donné à Oneness University par Sri Bhagavan. Elle y a médité pendant une période de 28 jours dans le but d’atteindre cette énergie et de peut-être accéder à une prise de conscience.

« Je n’avais vraiment pas beaucoup de connaissances de cette énergie qu’est le Deeksha. J’avais seulement lu un livre à ce propos. J’ai dû suivre un cours ­d’initiation avant de plonger dans cette aventure pendant un mois. Disons que ça n’a pas toujours été facile tous les jours (rires). C’était toute une expérience », souligne-t-elle.

Cet apprentissage fait au temple ­Oneness est seulement un parmi tant d’autres. Myriam Hudon raconte son ­expérience et le contraste frappant qui oppose l’Orient à l’Occident. Avec Oser l’envol, on découvre le voyage intérieur d’une femme réalisé par le biais de contacts et de rencontres avec une culture diamétralement opposée à la nôtre. L’auteure ­présentera son premier roman lors de son lancement au restaurant Le Parvis sous la formule d’un 5 à 7 le 25 mars.

image