4 mars 2021
COVID-19
Palier d’alerte : Saint-Hyacinthe reste au rouge
Par: Maxime Prévost Durand

Le premier ministre François Legault a annoncé, mercredi soir, que la Montérégie demeurait au palier d’alerte rouge jusqu’à nouvel ordre. Photo capture d’écran CPAC

Contrairement à plusieurs régions du Québec qui passeront au palier d’alerte orange le 8 mars, la région maskoutaine restera pour sa part en état d’alerte maximale. Le premier ministre du Québec, François Legault, a confirmé hier soir, mercredi, que la Montérégie demeurera au palier rouge.

Publicité
Activer le son

C’est donc dire qu’aucun assouplissement des mesures sanitaires n’est prévu après la semaine de relâche pour Saint-Hyacinthe et les environs. Le couvre-feu sera toujours fixé à 20 h, contrairement aux régions du palier orange où il est à 21 h 30. Les salles à manger des restaurants et les salles de spectacles n’auront pas le privilège de rouvrir tout de suite dans la région, puis les lieux de culte devront continuer d’accueillir une limite de 10 personnes.

Le gouvernement a toutefois annoncé que les activités parascolaires, incluant les sorties publiques, pourront reprendre à partir du 15 mars partout au Québec, peu importe que l’on se trouve en zone rouge ou orange. Le milieu sportif a également reçu une dose d’espoir alors que M. Legault a promis la présentation d’un plan de déconfinement progressif pour ce secteur la semaine prochaine.

Nouveaux cas : un soubresaut

Le prolongement des mesures du palier rouge dans la région maskoutaine survient alors qu’un petit soubresaut a été observé dans l’amélioration de la situation entourant la COVID-19. Pas moins de 53 nouveaux cas ont été détectés à travers la MRC des Maskoutains entre le 23 février et le 1er mars.

Une semaine plus tôt, la propagation de COVID-19 avait atteint ses chiffres les plus bas depuis des mois alors que la Direction de santé publique de la Montérégie n’avait rapporté que 25 nouveaux cas dans la MRC.

Cette augmentation du nombre de cas se traduit également par une hausse de cas actifs, qui sont passés de 54 à 79 en une semaine. Pas moins de 53 de ces cas actifs sont répertoriés à Saint-Hyacinthe, une hausse de 17 pour la ville-centre. On observe aussi une augmentation à Saint-Jude, qui recense maintenant une quinzaine de cas actifs, soit neuf de plus que la semaine dernière. La municipalité de Saint-Pie affiche pour sa part six cas actifs, tandis que Saint-Liboire et Sainte-Madeleine ont moins de cinq cas.

Les municipalités de Saint-Bernard-de-Michaudville, Saint-Damase et Saint-Dominique se sont quant à elles ajoutées à celles qui n’ont plus de cas, une liste qui comprend La Présentation, Saint-Barnabé-Sud, Sainte-Hélène-de-Bagot, Sainte-Marie-Madeleine, Saint-Louis, Saint-Marcel-de-Richelieu, Saint-Simon et Saint-Valérien-de-Milton.

Même si le nombre de cas a quelque peu bondi globalement dans la région maskoutaine, on remarque une légère baisse des hospitalisations liées à la COVID-19 à l’Hôpital Honoré-Mercier. On trouvait huit personnes hospitalisées sur l’unité convertie en zone chaude, soit deux de moins que la semaine précédente. Quant au délestage de certaines activités, deux des six salles du bloc opératoire ne sont toujours pas en fonction en raison de ces hospitalisations.

Par ailleurs, la situation demeure assez stable dans nos écoles. Le Centre de services scolaire de Saint-Hyacinthe ne dénombre qu’une dizaine de cas actifs répertoriés dans huit établissements. Une centaine de personnes sont néanmoins en isolement préventif, en lien avec les directives données par la santé publique.

image