10 janvier 2013
Parlons d’élections
Par: Martin Bourassa
publicité

Les prochaines élections municipales n’auront lieu qu’en novembre prochain, mais préparez-vous à en entendre parler toute l’année durant.

Le sujet fera assurément couler beaucoup d’encre. Avant les confirmations, il y aura les spéculations. À Saint-Hyacinthe, c’est déjà la folie depuis l’automne sur les chances de revoir ou non le nom du maire Claude Bernier sur le bulletin de vote. Depuis que LE COURRIER a souligné ses 20 ans à la mairie, il ne se passe pas une journée sans qu’on me questionne à ce sujet. On dirait que les gens ont soudainement réalisé qu’il y a un bail que notre maire est en poste.Pour l’instant, ma réponse est aussi bonne que la vôtre. Et le principal intéressé alimente le suspense, bien que lui aussi se fasse poser la question à répétition. Encore à l’ouverture du tournoi pee-wee, il a dû affronter quelques boutades.Il répond habituellement sur le même ton, avec humour.Au COURRIER, il précise qu’il annoncera ses intentions en temps et lieu, au printemps.Il serait surprenant que d’éventuels candidats annoncent leurs intentions avant de connaître celles du maire, même si l’un n’empêche pas l’autre.Autour de Saint-Hyacinthe, la jolie, les élections municipales monopoliseront beaucoup de discussions au cours des prochains mois. Déjà, on l’a vu la semaine dernière, des maires n’ont pas hésité à confirmer leur retour. Et dans bien des cas, ce sont nos vieux de la vieille, cela dit sans méchanceté. Les plus expérimentés sur un ton moins imagé.On pense à Claude Roger à La Présentation, maire depuis bientôt 20 ans, et à Simon Lacombe à Sainte-Marie-Madeleine, à ce poste depuis 33 ans.Même chose du côté de Yves Petit à Sainte-Hélène, maire depuis 16 ans.De deux choses l’une, ou bien ces politiciens font un travail extraordinaire, ou encore les gens de ces municipalités n’ont aucun intérêt pour la politique active.Pour ma part, j’aurais tendance à miser sur un mélange des deux. Un travail efficace et un intérêt limité pour l’implication communautaire et la chose publique.Il y aura cependant des élections municipales plus intéressantes que d’autres à surveiller l’automne prochain. Je redoute un peu celle qui se déroulera à une extrémité de la MRC, à Saint-Louis-sur-Richelieu. Les quatre dernières années n’ont pas été de tout repos pour Doris Gosselin, qui a mis fin au règne de Gaétan Lavallée en 2009.Les échos qui nous viennent de cette municipalité sont à l’effet que les séances publiques du conseil virent la plupart du temps au vaudeville, animées qu’elles sont par les partisans de la nouvelle et de l’ancienne administration.Une prédiction, la prochaine campagne pourrait être très sale à Saint-Louis.Il faudra aussi avoir à l’oeil la municipalité de Saint-Pie où Pierre Saint-Onge n’a pas hésité à confirmer son retour pour un second mandat. Son premier n’a pas été de tout repos avec la controverse sur la rémunération à la hausse des élus, et le dossier du bureau municipal qui vient de se voir bloquer à l’étape du registre.C’est le genre d’exercice de contestation populaire qui annonce parfois des lendemains plus houleux pour une administration municipale.

image