28 novembre 2019
Carte blanche
Parlons sport!
Par: Christian Vanasse
publicité

Parce que des fois, très souvent, quasiment tout le temps, le sport reflète la société dans laquelle on vit. Et il y a des 2-1, 6-5 ou 8-1 qui expliquent mieux la nature humaine que Piaget, Maslow ou Freud réunis.

Précisons : je ne parle pas de curling, de boxe-échec, d’avalage de hot-dogs ou d’Eukonkanto qui consiste à transporter sa femme sur un parcours à obstacle le plus vite possible et sans l’échapper. Ce ne sont pas des sports, mais des preuves évidentes que l’humain a beaucoup trop de temps libre. Non. Icitte, quand on parle DE sport, on parle d’UN sport, le hockey. Et du Canadien de Montréal, directement percuté par le même courant qui traverse actuellement toute notre société. Une gang de jeunes commencent leur vie professionnelle en conflit avec les plus vieux en position de pouvoir. L’affrontement milléniaux-boomers en direct sous nos yeux.

L’autre soir, l’entraîneur Claude Julien engueule vertement un jeune joueur après une gaffe qui permettait au méchant Boston de prendre l’avance 2-1. Tout de suite après, un vétéran commet une gaffe pire encore et les Bruins font 3-1, cette fois Julien n’a rien dit. Et le CH a finalement perdu 8-1. Bon, dire que l’entraîneur va perdre sa job, c’est pas une grosse prédiction, ça arrive tout le temps, mais, vous l’aurez lu ici, Claude Julien va être congédié avant Noël. Le Canadien est dans un virage jeunesse et compte plusieurs milléniaux hyper talentueux qui n’ont plus rien à foutre des méthodes d’avant. Plus vous leur tapez dessus, plus vous les insultez ou les brassez dans le but de les réveiller, plus ils vont vous braver, vous défier. C’est le « ok boomer » appliqué au hockey. Les entraîneurs (ou les décideurs) qui ne le comprennent pas réduisent dramatiquement leur durée de vie professionnelle.

image