14 janvier 2016
Partir avant : un premier album pour Rosie Valland
Par: Alice De guise
Partir avant : un premier album pour Rosie Valland

Partir avant : un premier album pour Rosie Valland

Rosie Valland sera de passage au Zaricot le 13 février dès 20 h pour présenter son premier album Partir avant. Jean-Philippe Sansfaçon ©

Rosie Valland sera de passage au Zaricot le 13 février dès 20 h pour présenter son premier album Partir avant. Jean-Philippe Sansfaçon ©

La jeune artiste qui a grandi à Granby a sorti en septembre son premier album intitulé Partir avant. Depuis, Rosie Valland a fait sa marque. En plus de quelques spectacles solo, la jeune ­auteure-compositrice-interprète a assumé la première partie d’Ariane Moffat, Alex Nevsky ainsi que Louis-Jean Cormier. Elle sera de passage au Zaricot le 13 février.

Avant la parution de son premier album, Rosie Valland avait sorti un premier EP en 2014. Peu de temps s’est écoulé entre ce dernier et Partir avant, un album post-­rupture. La jeune femme a ressenti un ­urgent besoin de mettre sur papier ses états d’âme durant cette période. De cet élan créatif et libérateur est né un tout premier album.

« Je décrirais ma musique comme étant du pop alternatif. Mes chansons sont ­différentes à chaque spectacle, je ne veux pas cloisonner mon interprétation. Mes chansons sont malléables dépendamment de l’endroit, du public et de mes émotions lors de la performance. Mon désir est de faire quelque chose qui n’a pas de langue distincte. Je souhaite créer un style sans frontière même si je chante en français. C’est donc la musique qui est mise de l’avant. Je ne voulais pas être prise dans le carcan de la chanson francophone. Par contre, j’aime le défi que m’apporte l’écriture en français, car écrire en anglais est plus facile pour moi », explique Rosie Valland.

En plus d’avoir fait plusieurs premières parties, elle a su s’illustrer lors du Coup de coeur francophone, des Francouvertes ainsi qu’aux FrancoFolies. Lors du festival Coup de coeur francophone, elle a partagé la scène avec Safia Nolin à l’emblématique salle le Lion d’Or à Montréal.

« Je ne m’étais pas produite à Montréal depuis la sortie de l’album. La salle était « sold out ». Ça fait du bien quand les gens viennent te voir parce qu’ils connaissent ce que tu fais. C’est complètement à l’opposé de ce qui se produit lors de premières parties. C’était vraiment chouette », soutient-elle.

Lorsqu’on lui demande comment se passe sa tournée et comment les choses vont depuis la sortie de son premier ­album, Rosie Valland semble très calme et confiante. « Ça va bien, je ne suis pas dépassée par les évènements. Je vis un jour à la fois. Au départ, j’avais de la difficulté à réaliser que tout ça était réel. Quand j’ai signé mon contrat de disque, mon gérant a dû m’apporter des fleurs pour que je le réalise. J’aime faire des salles avec mon propre matériel. J’aime beaucoup me produire en région et pas seulement à Montréal. J’adore présenter mon spectacle, le mettre à ma main même s’il change souvent de forme. Maintenant, il y a une demande pour Rosie Valland et c’est très cool », souligne-t-elle.

Au cours de l’année 2016, la jeune ­auteure-compositrice-interprète ­continuera sa tournée personnelle. ­À partir du mois d’avril, elle sera aux ­commandes de la première partie des soeurs Boulay. C’est certain que lorsque l’été pointera le bout de son nez, les ­festivals s’enchaîneront les uns à la suite des autres. Pour terminer, à ­l’automne, Rosie Valland ira faire un tour en Europe.

image